Assises du Journalisme 2020  :
report début octobre sur fond de covid

Les 13es Assises internationales du journalisme, qui se tiennent traditionnellement à Tours, ont été reportées pour cause de coronavirus.

Voici le texte du communiqué des organisateurs, publié au printemps 2020. Mais, le contexte ne s’étant pas amélioré, le programme et les conditions de fonctionnement des Assises ont dû être adaptés. C’est donc le second texte qui prévaut :

Au vue de la situation actuelle, nous avons décidé de reporter la 13édition des Assises Internationales du Journalisme. Les Assises se tiendront donc les jeudi 1er et vendredi 2 octobre 2020.
La programmation reste inchangée
[ce n’est plus le cas, voir ci-dessous] et nous espérons pouvoir vous compter parmi nous en septembre. Nous sommes désolés de ce report forcé et de tout ce qu’il implique, mais il s’est révélé nécessaire pour le bon déroulement de ce grand rendez-vous journalistique.

Contrairement à ce qui était espéré, l’épidémie a contraint les organisateurs à changer leur programme. Voici le tout dernier communiqué :

La peur pour seul sujet. L’incertitude pour seul horizon. Des experts qui se contredisent. Des politiques qui fixent le tempo. Des audiences décuplées, une économie effondrée. Le digital en majesté. Le papier en grand danger. Des réseaux sociaux terribles et géniaux. Une inventivité des rédactions extraordinaire et le risque d’un travail dégradé.

Cette Edition Spéciale des Assises « Informer au temps du Covid » ne sera pas de trop pour tenter de prendre la mesure de la période traversée et de ses conséquences. Sans oublier de remettre les Prix 2020 des Assises avec Caroline Roux, et les Prix EMI avec Jamy Gourmaud. Les événements publics se feront avec une assistance en nombre limité, en fonction des normes sanitaires. (1)

Les Assises Internationales du Journalisme de Tours ne dureront donc que deux jours en « présentiel » (mon Dieu que cette formule est ridicule). À fréquenter masqués, évidemment, mais aussi à distance puisque les organisateurs retransmettront les débats sur le Web, notamment sur les réseaux sociaux, comme sur leur page Facebook que l’on trouve ICI.

Toutes les infos sont sur le site des Assises, ICI, comme le programme détaillé.

On sait cependant que Jamy Gourmaud (photo), bien connu journaliste et vulgarisateur scientifique qui fut découvert avec C’est pas sorcier et a continué sa carrière avec Le monde selon Jamy, sur France Télévisions, sera président du jury Éducation aux Médias et à l’Information des Assises 2020. Il était déjà programmé dans la version originale des Assises, puisqu’elles devaient être consacrées à la question climatique.

Le jury composé de professionnels des médias, de l’éducation nationale et de l’éducation populaire, avec la participation de collégiens et lycéens, distingue les six lauréats :

    • Catégorie médias
    • Catégorie école
    • Catégorie hors l’école
    • Catégorie associative
    • Catégorie Touraine – Région Centre-Val-de-Loire
    • Catégorie Rive Sud de la méditerranée

Ces prix devraient être remis par Jamy Gourmaud à Tours le jeudi 1er octobre 2020.

Il est à noter que Max Bird, autre « vulgarisateur scientifique » passé par YouTube et C’est toujours pas sorcier, où il a succédé à Jamy Gourmaud, sera sur une scène tourangelle le 19 septembre 2020. Lisez notre article sur l’humoriste – né à Tours – ICI.

En bons journalistes, les organisateurs des Assises Internationales du Journalisme, ont donc su s’adapter à l’actualité du moment. La preuve du sérieux des professionnels, sans doute, mais la preuve aussi que nous vivons une époque difficile, même pour l’info. C’est d’ailleurs le sujet de ces Assises revues et corrigées : Informer au temps du Covid.

Avec nostalgie (et l’espoir que tout s’arrangera pour la quatorzième édition), nous publions ici notre article initial.

Les jeudi 1er et vendredi 2 octobre 2020 à l’espace MAME de Tours et en direct sur les réseaux sociaux. Inscriptions en ligne sur le site www.journalisme.com 

(1) L’inscription est obligatoire : « En fonction des contraintes sanitaires en vigueur en septembre, nous vous confirmerons votre inscription par envoi d’une invitation officielle, dans la limite des places disponibles » précisent les organisateurs. Si vous voulez participer, c’est ICI que l’on s’inscrit.

 

                                                                                            

 

Entre complexité scientifique et proclamations climatosceptiques, le dérèglement climatique (comme les atteintes à la biodiversité) a besoin de passeurs pour être appréhendé objectivement par le grand public. Mais les journalistes, que politiques et réseaux sociaux s’obstinent à dévaloriser, peuvent-ils jouer leur rôle dans un contexte aussi difficile ? Ce sera la question posée par les 13es Assises internationales du journalisme qui se tiendront à Tours du 30 septembre au 3 octobre 2020 sur le thème : Chaud devant !

Le sieur Trump, POTUS* de son état, avait déjà eu les honneurs de notre article (cliquez ici pour le lire) sur les Assises internationales du journalisme l’an passé. Son inculture notoire, sa rouerie politique, sa détestation de la presse lui donnent le droit de retrouver sa place cette année puisque le thème des assises est consacré au dérèglement climatique, un domaine que M. Trump balaye régulièrement d’un revers de main électoraliste et bronzée.

Assises internationales du journalisme de Tours 2020
Le journaliste face au défi climatique. (Photo Assises internationales du journalisme de Tours 2020)

Comment la presse, face à des personnages publics comme celui-là, qui la dénigrent à tout va et qui, par ignorance ou calcul, considèrent la question climatique comme un « hoax », (on aurait aussi pu inviter Bolsonaro et quelques autres, comme Scott Morrison, premier ministre australien, Néron obstinément climatosceptique au milieu des incendies qui ravageaient son pays…) peut-elle faire passer une information objective sur le sujet à un public en permanence soumis à la pression des précédents et englués dans l’avalanche de contre-vérités, complotismes et autres balivernes sur les réseaux sociaux ?

La parole est aux passeurs

Pas simple, d’autant que le sujet, lorsqu’il est pris sérieusement, est ardu et exige – c’est justement le boulot de la presse – d’être simplifié, clarifié et vérifié. Les rapports officiels du GIEC ou de l’UNESCO, pour ne citer qu’eux, comme les études scientifiques individuelles ou associatives, ne parlent pas forcément le langage de tout le monde.

Face au péril qui menace la planète et sa biodiversité, il est fondamental que des vrais passeurs d’information réussissent à relayer la parole des spécialistes. Peuvent-ils le faire dans les meilleures conditions ? C’est peu probable eu égard à ce que nous écrivons ci-dessus. Doivent-ils continuer à se battre pour que la réalité (voire la vérité) soit entendue ? Absolument, puisque seule une prise de conscience globale pourra ralentir et peut-être inverser le processus.

Assises internationales du journalisme de Tours 2020
La defense de la planète, c’est peut-être un peu plus sorcier qu’on ne le croit, comme l’expliquera Jamy Gourmaud. (Photo DR)

Il était donc logique que les Assises internationales du journalisme de Tours se penchent sur la question. En baptisant la treizième édition Chaud devant ! – titre partagé avec Xavier Gorce, qui sera présent et dont le dernier album des Indégivrables porte le même nom – ses organisateurs rappellent à la fois l’urgence du sujet et celle de sa représentation médiatique. Coup double.

Libre-échange

Comme toujours, de très nombreux débats permettront au public (l’accès est aussi libre que gratuit) de participer à la réflexion en total « libre échange ». Face à lui, de très grands professionnels de la presse, mais aussi des représentants de la lutte pour la défense du climat et de la nature.

Les « workshops » (inscription sur workshop@journalisme.com), débats et autres « cartes blanches » auront lieu à l’Espace Mame. On y croisera aussi les représentants des écoles professionnelles et, bien évidemment, les élèves de l’EPJT (École publique de journalisme de Tours, ex-IUT), entre autres.

Assises internationales du journalisme de Tours 2020
Isabelle Autissier, reine des océans et avocate de la planète. (Photo DR)

La liste des invités est longue (on pourra la découvrir en détail sur le site des assises ). Parmi eux, Cécile Duflot, Natacha Polony, Hervé Brusini, Isabelle Autissier. Quant aux sujets, ils seront aussi vastes que le problème soulevé. Entre la lutte contre les « fake news » et la question du Glyphosate, la manière d’aborder la question du climat dans la presse et l’avenir de la voiture thermique, on se demandera aussi, il faut être pragmatique, comment… « conjuguer fin du monde et fin de mois ».

Comme toujours, divers prix seront remis (Enquête et reportage, livre…) sous la présidence, cette année, de Caroline Roux. C’est Jamy Gourmaud (ex C’est pas sorcier) qui présidera le jury des prix Éducation aux médias et à l’information. Un président qui sera aussi prêt à échanger avec les jeunes visiteurs.

Trente auteurs au salon

Assises internationales du journalisme de Tours 2020
Nicolas Hulot participera à la soirée « Chaud devant ! » au Théâtre Olympia. (Photo DR)

On retrouvera les jeunes en avant-première des assises le 31 mars en soirée à la Salle des Tanneurs pour traiter de La jeunesse engagée pour le climat. Plusieurs autres soirées spéciales auront lieu au Théâtre Olympia. La première commencera par Risquer sa vie pour la planète, avec Reporters sans frontières, et se poursuivra avec Nicolas Hulot en reprenant le thème des assises : Chaud devant ! Urgence climatique et responsabilités journalistiques.

La seconde recevra des présentateurs météo, forcément En première ligne. Le documentaire Recettes pour un monde meilleur, de Benoît Bringer sera projeté, suivi par un débat où l’on retrouvera notamment Hugo Clément et Périco Légasse.

Assises internationales du journalisme de Tours 2020
Les Indégivrables et leur papa, Xavier Gorce, particulièrement impliqués, seront de la partie. (Photo DR)

Dans l’espace Mame, de nombreuses animations seront en place : studios radio et télévision, stands de partenaires, rencontres avec les invités et librairie spécialisée avec La Boîte à livres.

Livres aussi le samedi 4 avril puisque le traditionnel Salon du livre de journalisme accueillera plus de trente auteurs, dont on retrouvera les noms sur le site des assises et parmi lesquels se trouveront Serge July, Xavier Gorce, Pascale Clark, Lionel Chamoulaud, Hugo Clément, Patrice Duhamel ou encore Fabrice Lhomme et Gérard Davet.

Assises internationales du journalisme de Tours 2020
Hugo Clément, témoin et auteur. (Photo DR)

Les Assises internationales du journalisme de Tours débutent le 31 mars 2020. Si le coronavirus ne vient pas polluer l’organisation…

*President of the United States

L’entrée est toujours libre et gratuite.
Plus d’infos sur le site des assises ICI