Les Triodelles à Vaugarni
L’opéra sans façon

Deux sopranos, une pianiste, un metteur en scène plus habitué au piano à bretelles qu’au demi-queue, c’est Triodelles et c’est une sacrée bonne façon de découvrir l’opéra… sans façon. Ça s’appelle Gagnons le bord où l’oiseau chante et c’est le dimanche 23 février 2020 à Vaugarni.

Franchement, en choisissant le duo des fleurs de Lakmé, du sieur Delibes Léo, comme nom de leur spectacle, les Triodelles n’ont pas fait dans la facilité ni le racolage. Même si Lakmé est l’un des plus grands succès du compositeur, ledit duo n’est pas des plus faciles à ingurgiter (ni à chanter, d’ailleurs). Question de goût, peut-être. Bref.

Triodelles, un peu de théâtre dans le lyrique…(Photo.Michel.Gérard)

Donc, elles sont trois demoiselles, deux qui chantent (Dominique Gérard et Marie-Hélène Ducasse, sopranos) et une qui manipule les dents blanches du piano (Aurélia Josserand). À cela (à celles-là) il faut ajouter Serge Rigolet, fondateur et animateur de la grange-théâtre de Vaugarni, accordéoniste d’habitude et metteur en scène pour l’occasion. Logique : c’est lors d’une résidence où les artistes sont allées voir du côté de Pont-de-Ruan ce qui se passait « sous le dôme épais, où le blanc jasmin à la rose s’assemble, sur la rive en fleurs riant au matin » que le spectacle est né.

Libérez nos camarades !

Sans trahir le sacro-saint opéra, le trio, fondé sous la houlette de Christiane Sansonneti, leur professeur, a glissé avec Serge Rigolet une touche de théâtre sous le dôme épais. Et ce qui aurait pu n’être qu’un récital est devenu un spectacle multiforme, où les personnages (féminins, évidemment) libérés de leur carcan lyrique, prennent de l’épaisseur, voire de la gouaille. Ces chanteuses-là « parlent » à l’auditeur : « Elles donnent vie à des personnages féminins dramatiques ou joyeux, déchirés ou triomphants. Toute la palette des expressions de la passion sont ainsi mises en valeur pour le plus grand bonheur du public » dit la présentation du spectacle.

La revanche des personnages féminins de l’opéra. (Photo DR)

Dimanche 23 février, les Triodelles apporteront avec elles Mozart, Strauss, Pergolèse, Ravel, Dvořák, (c’est vrai que les compositrices manquent un peu à l’appel, encore un combat à mener…) et, bien entendu, Léo Delibes.

L’endroit étant champêtre à souhait, le public pourra profiter de l’approche du printemps pour suivre « le courant fuyant dans l’onde frémissante, d’une main nonchalante… » lors d’une petite promenade bucolique à l’entr’acte. Enfin, s’il ne fait pas trop frisquet, tout de même.

Dimanche 23 février à 16h30, à la Grange-théâtre de Vaugarni, à Pont-de Ruan.
Le site de Vaugarni est ICI
…et pour réserver par téléphone, il faut appeler le 02 47 73 24 74.