Séverine Bennevault Caton à la Pléiade
Points de suspension…

C’est de la danse et c’est aussi de l’acrobatie. Mais ce n’est pas de la danse acrobatique. Ce serait trop réducteur. Le travail de Séverine Bennevault Caton explore le geste, l’espace, la poésie. À voir à la Pléiade le 20 janvier.

Severine Bennevault Caton, Compagnie « À fleur d’airs » (Yann photography)

Communiqué

Spécialiste de la danse en suspension, l’artiste tourangelle Séverine Bennevault Caton présente à l’occasion de cette soirée composée : Au bout…, un essai chorégraphique introspectif interprété au sol, et sa nouvelle création L’Entre.

Le CCNT et La Pléiade suivent depuis quelques années le travail sensible et poétique de Séverine Bennevault Caton. Spécialiste de la danse en suspension, l’artiste tourangelle chorégraphie depuis près de cinq ans des pièces entre ciel et terre. Ses partitions spatio-temporelles modifient le mouvement dansé, offrent des possibilités de trajectoires déconcertantes, une élasticité infinie. Vous pourrez découvrir à l’occasion de cette soirée composée : Au bout…, essai chorégraphique introspectif interprété au sol (Tours d’Horizons 2016), et sa nouvelle création L’Entre. Pour ce solo sur corde contrebalancée, Séverine Bennevault Caton se lance dans l’exploration d’une technique demandant la présence d’un manipulateur au sol. Olivia Cubero, fidèle complice de la chorégraphe, anime une machine qui peut modifier la trajectoire et le cheminement de l’interprète. Cet ensemble corde-machine représente pour la chorégraphe « ce qui est écrit, établi. Une sorte de guide invisible à l’origine du chemin à suivre. À l’inverse il dicte aussi le « droit chemin » duquel on ne peut se détourner sous peine de sanctions. Il représente aussi les aléas de la vie et les embûches qu’elle peut comporter. On pourrait y voir les déboires d’un individu à vouloir contrôler son destin ».

Dimanche 20 janvier, 20h30, à la Pléiade.

Renseignements et réservations ICI.