My dancer is Irish
Coup de pub à l’irlandaise au Vinci de Tours

Tous ceux qui se sont un jour réfugiés dans un pub irlandais pour échapper à la “bruine” locale le savent : il est difficile de résister à la Guinness et à la musique du lieu. Ils avaient rendez-vous avec l’esprit irlandais au Vinci le 20 mars 2019 pour Irish Celtic, Spirit of Ireland. Avec ou sans pluie.

« Une bonne bouffée d’Eire » a titré Paris-Match, qui nous a coiffé d’une pinte au concours du titre le plus calembourdesque du jour. Pas vexés pour deux shillings, nous confirmons : le spectacle de la troupe Irish Celtic, sous-titré Spirit of Ireland, a de quoi faire souffler l’esprit du lieu partout où il passe. À Tours, ce fut au Vinci, pas loin d’un autre vrai pub, apprécié des irlandophiles tourangeaux, The Pale, place Foire-le-Roy. Mais c’est une autre histoire (et une bonne adresse).

L’histoire de Spirit of Ireland est celle du pays. Le spectacle revient sur le passé des fils et filles de l’Eire (et toc, on a rattrapé Paris-Match) à travers le temps, les pubs, la Guinness et le whiskey.

Entre histoire et légendes

Des musiciens authentiques, venus de vrais pubs irlandais. (Photo DR)p

Pour cela, un prétexte : le vieux Paddy (oui, c’est aussi une marque de whiskey…) veut léguer son pub à son fils Diarmuid, lequel préfère plutôt consommer que servir les produits locaux, ou danser avec les filles du coin. Pour le convaincre, Paddy – qui sait lui aussi apprécier les productions du terroir – va lui raconter l’histoire de l’Irlande, démontrant que les pubs ne sont pas seulement des lieux de libation mais aussi les pierres de touche d’un passé difficile et glorieux, sans négliger un petit détour vers les légendes celtiques.

On croisera donc des amateurs de l’eau de feu des Irlandais (eux parlent de « l’alcool de la vie ») en passant par la cale du Titanic et ses immigrants, lorsqu’ils fuyaient la famine due à la crise de la pomme de terre.

Cette leçon d’histoire se fera à grand renfort de liquides, mousseux ou pas, avec comme conséquence, outre quelques abus, une débauche de danses, toutes plus entraînantes les unes que les autres. La célèbre « danse du balai », tradition irlandaise s’il en fut (sans jeu de mots, cette fois…) en tête.

Du balai, donc !

La « brush dance » (danse du balai) figure imposée pour les Irish Celtic. (photo DR)

Le spectacle se passe dans un décor de pub authentique à l’enseigne de… l’Irish Celtic. Comme le Tubridy’s Bar, à Cooraclare (ça ne s’invente pas) où le producteur du spectacle, Toby Gough, a déniché son Darmuid : « Dairmuid n’était pas un danseur professionnel, mais il est le champion du monde de la traditionnelle danse du balai. Quand il a fait sa démonstration devant moi, il est devenu évident qu’il ferait partie du spectacle. » (Paris-Match) Le Tubridy’s Bar est un « singing pub » authentique. Comme les interprètes : le « capitaine » des danseurs est fermier dans la région !

Au milieu de la foultitude de spectacles venus de « la verte Érin » (qui ont tous leurs qualités), Spirit of Ireland a en plus cette petite touche intimiste qui sent l’iode et la tourbe. Comme disent nos confrères de Paris-Match : un vrai bol d’Eire.

Mercredi 20 mars 2019 à 20h30, Palais des congrès Vinci de Tours

Pour réserver partout en France, c’est LÀ