Les Chevaliers du fiel
vont camper au Vinci de Tours

Ils ne font pas dans la légèreté, ils frôlent parfois le mauvais goût quand ils ne tombent pas à pieds joints dedans, mais Les Chevaliers du fiel ont leur public. Il sera heureux de les retrouver en avril 2020 dans Camping-car for ever sur la scène du Vinci à Tours.

Pour être francs, Les Chevaliers du fiel n’occupent pas la première place de notre panthéon – totalement subjectif, c’est vrai – des spectacles comiques. Le style pré-Club Méd’, les blagues issues de la préhistoire de l’humour, évocatrices des fins de soirées potaches généreusement arrosées ou des souvenirs du pétomane (« Moi, j’aime bien péter sur scène. Fais gaffe, sous le K-way ça se voit ») nous laissent un peu sur notre faim.

Les Chevaliers du fiel
C’est Michel Drucker qui a lancé Les Chevaliers du fiel. Ils lui sont restés fidèles. (Photo DR Chevaliers du fiel)

Tant pis pour nous, puisque Éric Carrière et Francis Ginibre font régulièrement salle pleine. On a sûrement tort de ne pas entamer La Simca 1000T’avais un soutien-gorge sans bretelle/Moi j’avais un slip sans élastique/Je te prendrai nue dans la Simca 1000 ») en fin de banquet, mais c’est comme ça. D’ailleurs, sur BFM, leurs spectacles sont annoncés dans la rubrique « culture ». Quand on vous dit qu’on a tort…

Pour être honnêtes, c’est sans doute la Croisière d’enfer qui nous a donné envie d’en savoir plus. Un petit côté théâtre de boulevard (n’allons pas jusqu’à évoquer la cabine d’une Nuit à l’opéra des Marx Brothers, faut pas pousser), une capacité à jouer des personnages multiples et divers avec changements à fond la caisse, c’était assez sympa. Comme eux, il faut le reconnaître.

Parce que les Chevaliers du fiel, c’est, d’un côté, la capacité d’incarner de multiples créatures, de l’autre la volonté de montrer les gens du quotidien en se moquant d’eux (gentiment, ils l’assurent). On a donc suivi les compères récemment chez Les Municipaux (qu’ils ont même adaptés au cinéma) après les avoir croisés comme défenseurs de la langue française dans Otaké.

Comme sur des roulettes

Cette fois, c’est encore à un élément en pleine expansion de la culture populaire qu’ils s’attaquent puisqu’ils partent en camping-car au Mont Saint-Michel. Bien évidemment ce sont M. et Mme Lambert qui s’y collent. On doit donc s’attendre à plonger en plein réalisme. On sait que la découverte de la maison sur roulettes, très à la mode, n’est pas exempte de surprises pour les apprentis escargots vacanciers.

Déjà que, dans la réalité, les questions d’emplacement (avec, évidemment, l’Allemand qui gâche le paysage), de consommation (sur route et à l’arrêt, pour le rosé) relèvent souvent du gag, on imagine ce que les duettistes vont en sortir (les infos entre parenthèses sont extraites du spectacle). On sait déjà qu’ils roulent dans un camping-car avec Vierge incorporée, qu’ils associent Emmanuel Macron, Benalla et les gilets jaunes à l’aventure (« on n’est pas là pour faire de l’actu mais on ne veut ne pas oublier l’actu ») et que le spectacle s’appelle Camping-car For ever.

Pour en savoir plus (à moins que vous n’ayez déjà vu Camping-car for ever à la télé…), il faudra se rendre au Vinci de Tours (ou ailleurs en tournée) en avril 2020. D’ici là, les Chevaliers du fiel auront peut-être trouvé pourquoi « la moutarde ne se fait plus à Lidl mais à Dijon », l’une des questions existentielles qu’ils se posent dans le spectacle.

Mardi 21 avril 2020 à 20h30 au Vinci, Palais des Congrès de Tours

Réserver en Touraine avec Entrée du Public et FNAC Spectacles ICI
…et pour réserver ailleurs en France, c’est LÀ