Festival du cirque en Val de Loire
En septembre, la Gloriette se prend pour Monte-Carlo

Pour la troisième fois, la plaine de la Gloriette à Tours accueillera en septembre 2019 un festival du cirque. S’il n’a pas l’ambition de concurrencer celui de Monte-Carlo, il affichera sous la toile plusieurs numéros qui ont été adoubés par la principauté.

Le cirque n’en finit pas de mourir… et se porte plutôt bien. Certes, la vie des circassiens est de plus en plus difficile, certes plusieurs grandes enseignes ont plié leur tente, certes la télé, après avoir relancé la piste avec ses Étoiles, il y a pas mal de temps, a sans doute éloigné des gradins trop de public, certes, le bras de fer entre dompteurs et défenseurs des animaux met du vent dans les toiles, mais, n’empêche, lorsque les mâts se dressent et que le programme est séduisant, le public est toujours là.

Festival du cirque en Val de Loire
C’était la première année du Festival du cirque en Val de Loire et c’était déjà flamboyant ! (Photo DR)

En tentant de lancer son Festival du cirque en Val de Loire, il y a trois ans, la métropole de Tours a pris un risque. Surtout en annonçant qu’elle décernerait des récompenses, rôle généralement réservé à quelques lieux plus prestigieux, à commencer par le Festival du cirque de Monte-Carlo, événement princier s’il en fut…

Une Madame Loyale et un jazzman à la baguette

Mais ça a marché. Les organisateurs affirment avoir accueilli 28 000 spectateurs en deux éditions sous le chapiteau rond de la Plaine de la Gloriette à Tours. Pas mal, avec un petit bonus : une séance spéciale, destinée à accueillir 2 000 enfants le vendredi matin.

Dans la sciure de la 3e édition du Festival du cirque en Val de Loire, on jouera la parité en donnant le micro à une Madame Loyale. C’est Laure Bontaz qui portera le costume à boutons dorés et le haut de forme. À elle de créer l’ambiance et, sans doute, de renvoyer la balle à quelques artistes.

Autre élément intéressant, la présence d’un véritable orchestre, sans lequel le cirque ne serait pas tout-à-fait lui-même. La baguette sera tenue par David Fackeure, musicien multi-formats puisqu’il est d’abord pianiste de jazz. Normal, papa jouait du saxo et adorait Stan Getz. Mais si David Fackeure écrit et enregistre du jazz mâtiné de biguine (notamment avec Thomas Dutronc), il est tout aussi à l’aise avec les musiques demandées par les artistes de cirque, ce qui lui a valu d’être récompensé pour cela par le prix du Cirque d’Hiver Bouglione.

Et pour faire bon poids, une troupe descendue du Lido et du Moulin Rouge sera aussi dans le rond de lumière. Petit détail : les danseuses seront habillées de costumes spécialement créés pour l’occasion. Il fallait le préciser…

Ajoutons qu’il sera possible de casser une petite croûte à côté du chapiteau et qu’une exposition sur les arts du cirque sera accessible. Elle appartient à Alain Frère, conseiller artistique de la princesse de Monaco et parrain du Festival du cirque en Val de Loire. Autre expo, huit artistes locaux et internationaux présenteront un travail sur le thème du cirque.

Enfin, parmi les récompenses qui seront attribuées, le public aura son mot à dire puisque son prix sera décerné après un vote démocratique. Et le trophée sera signé Christine Onillon, une artiste qui sait dompter les animaux… en les sculptant.

Le programme

Festival du cirque en Val de Loire
Fumagalli, un clown… en or. (Photo DR)

Fumagalli : un italien qui a été reconnu Clown d’or et invité chez Patrick Sébastien au Plus Grand Cabaret du Monde.

Flavio Togni : il arrive d’Italie avec sa cavalerie mais sera rejoint par son frère Bruno. Eux aussi ont reçu un Clown d’or

Willy Lauenburger fera travailler…les animaux de la ferme. 

Les Messoudi Brothers : des jongleurs venus d’Australie qui ont la particularité d’aller très très vite !

Marionnette’s Dream : un travail avec des cordes à sauter qu’on ne voit que dans les cours d’écoles de Mongolie, sans doute

Duo Valentin : un couple ukrainien qui dit tout son amour (du cirque) accroché tout en haut du chapiteau.

Vlad Olondar et ses chats. En Russie, on aime les fourrures…

Festival du cirque en Val de Loire
Vlad Olondar joue à chat perché. (Photo DR)

The Flying Matos : ne pas prendre le mot “matos” dans son acception française. En brésilien, cela veut dire arbuste. Ce qui ne nous avance pas beaucoup car ces gens-là font du trapèze volant avec sauts périlleux à foison.

Les Dias Brothers, portugais, sont très proches, au point de se servir l’un de l’autre pour des acrobaties athlétiques.

Les Skating Dalton, lorsque des Portugais et des Suisses s’entendent… comme sur des roulettes.

Les Messoudi Brothers, de retour pour un numéro de main à main.

Le Duo Salazar, des Skywalkers, venus du Brésil et du Royaume-Uni qui n’ont rien à voir avec la Guerre des étoiles, si ce n’est qu’ils se fichent de la pesanteur comme de leur premier sabre laser.

Enrique Rigoletto : puisque l’on parle de lasers, en voici de vrais de vrais. Un type de numéro déjà vu au Festival de la magie et lors d’un championnat du monde de moto au Parc Expo, mais toujours spectaculaire. Attention les yeux !

Mystery of Gentlemens ou l’art de ne pas perdre la boule en gardant son équilibre, quand on arrive de Mongolie.

Festival du cirque en Val de Loire
Ces gentlemen(s) plein de mystère (c’est leur nom) poussent les boules très loin. (Photo DR)
Au Parc de la Gloriette, dans la vallée du Cher à Tours.
Pour en savoir plus… et pour vérifier s’il n’y a pas de changements, c’est LA
Vendredi 27 septembre : 20h30 (Soirée de gala)
Samedi 28 septembre : 10 heures, 17 heures et 20h30
Dimanche 29 septembre : 10 heures et 16h30 (Remise des récompenses)
Réserver avec Entrée du Public ICI