La Foire de Tours 2021
de nouveau hors de contrôle ! ! !

Dernière mise à jour le 12 juillet 2021

Entrée du Public a suivi pour vous le feuilleton de la Foire de Tours, depuis notre premier article : annulée en 2020, avec son Village gastronomique et la Fête foraine attenante, elle était annoncée pour mai 2021. Ce sera finalement du 2 au 11 juillet que l’édition 2021 (centième du nom) ouvrira ses portes.

La Fête foraine sera de la partie et – nouvelle dernière minute –  le pass sanitaire ne sera pas demandé. La valse-hésitation continue !

 

Retour à l’entrée libre ! On (re)fait l’impasse sur le pass…

Dernière minute (une de plus !) : le « pass sanitaire » ne sera finalement pas demandé à l’entrée de la Foire de Tours, contrairement à ce qui avait été annoncé, puis annulé, puis…, comme à la Fête foraine.

Comme Entrée du public a été le premier à l’annoncer, la Préfecture d’Indre & Loire avait imposé le pass, malgré l’intention des organisateurs de limiter les entrées à 4 800 personnes à la fois et à les répartir selon des zones limitées à 1 000 individus. Une exigence survenue à un jour de l’ouverture, puisque la décision a été prise le 1er juillet, la veille de ladite ouverture

Nous nous demandions dès lors, faute d’information sur le sujet de la part de la direction de Tours Événements, si celle-ci était en train de tenter un baroud d’honneur auprès des autorités. Oui, puisque la Préfecture d’Indre & Loire a fait machine arrière ce vendredi 2 juillet, cette fois à quelques heures seulement de l’ouverture des portes.

Donc, aux dernières nouvelles (confirmées par les organisateurs), le pass sanitaire passe de nouveau à la trappe

Reste à savoir si le masque sera obligatoire pour les visiteurs. Si l’on en croit la réglementation (à géométrie variable, comme chacun sait…), il ne devrait pas être porté à l’extérieur, donc dans les allées, mais il faudra le mettre pour entrer dans les halls. À voir…

Ce ne sera pas le cas, en revanche, pour les exposants, la règle du code du travail s’appliquant en la circonstance et non le code sanitaire. Comprend qui peut…

OUI, MAIS…

On peut néanmoins s’interroger sur une telle décision. Certes, c’est une bonne chose pour la foire elle-même, dont la fréquentation, déjà limitée par les contraintes de « jauge » (supprimée elle aussi,  sauf sous les halls), risquait d’être catastrophique. Mais, au plan strictement sanitaire, est-ce bien raisonnable ?

Selon les derniers chiffres, faute de vaccinations suffisantes, la courbe des contaminations remonte en France. C’est modeste, mais ce n’est pas encourageant pour l’avenir. À tel point que les autorités étudient la possibilité de rendre le vaccin obligatoire.

Comment, dès lors, expliquer qu’une manifestation comme la Foire de Tours laisse tomber le pass sanitaire, avec tous les risques que cela comporte ?

Cela dit, le voyage en absurdie continue. Pourquoi la Fête foraine n’était-elle pas soumise aux mêmes règles que la foire ? Et, pire encore, pourquoi d’autres manifestations ne bénéficieraient-elles pas du même passe-droit, comme Terres du son  ou Les 72 heures du Mans, par exemple ? Gageons qu’il va y avoir du monde à l’entrée des préfectures dans les jours qui viennent. (1)

Nous ne pouvons que vous conseiller de revenir sur notre site pour lire la suite du feuilleton. Qui sait si cette autorisation-miracle de dernière minute va durer ? Quand on se rappelle que la demande de pass sanitaire pour la Foire de Tours venait du ministère en direct, on peut se poser la question.

À suivre…

1. Comme il fallait s’y attendre, le Festival 72 du Mans a fait sa demande auprès de la Préfecture de la Sarthe dès le 3 juillet.

 
 

Foire de Tours

Beaucoup de monde, beaucoup d’exposants et pas de place pour le coronavirus… (Photo Corentin Charbonnier)

Il fallait s’y attendre au vu des informations dont nous faisions état dans notre précédent article. Dans le contexte sanitaire, il fallait être d’un optimisme à toute épreuve – ou d’une grande naïveté – pour imaginer que la Foire de Tours, assortie de son fameux Village gastronomique, puisse se tenir en 2020.

Difficile de filtrer un événement qui attire habituellement (au mois de mai, rien ne prouve qu’une édition automnale, comme envisagé un temps aurait déplacé autant de monde) quelque 350 000 personnes. Impossible d’imaginer que les fameuses « distances barrières » soient respectées dans les allées et encore moins dans le Village gastronomique, par définition destiné à la convivialité la plus étroite, généralement bien arrosée.

Nous en étions convaincus lors de la publication de notre présentation du problème. Ce n’était pas le cas de Christophe Caillaud-Joos, directeur de Tours Événements (la société qui gère le Parc expo) qui affirmait que la Foire aurait bien lieu. Raté.

Refus préfectoral

Rejoint par la nouvelle municipalité, et particulièrement par Iman Manzari (adjoint au maire de Tours délégué au Commerce, artisanat, congrès, foires et marchés, manifestations commerciales et matériel et fêtes, ouf !), le directeur de Tours Événement s’est ensuite acharné pour faire aboutir le choix qu’il avait fait de reporter la foire 2020 en octobre.

Foire de Tours (Photo Benjamin Dubuis)
Toujours beaucoup de monde dans les allées du Parc expo, trop pour respecter les « distances barrières ». (Photo Benjamin Dubuis)

Des réunions ont eu lieu avec la préfecture mais il était difficile d’imaginer qu’elles puissent aboutir, surtout en maintenant le Village Gastronomique : « Plusieurs solutions ont été étudiées mais aucune d’entre elles n’a permis d’imaginer un aménagement des lieux de restauration sur le Village gastronomique qui assurerait la protection des populations » dit le communiqué officiel. On s’en serait douté, mais le directeur de Tours Événements se refusait à fermer le village tout en ne voyant pas comment le rentabiliser en réduisant le nombre des exposants.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas, le Village Gastronomique, particularité appréciée de la manifestation tourangelle, permet de découvrir les productions de restaurateurs et autres producteurs de vin. On découvre… et l’on déguste. Avec les conséquences que l’on imagine, largement incompatibles avec la lutte contre une transmission du coronavirus.

Deux salons naufragés avec la foire, Ferme Expo aussi

C’est regrettable, c’est difficile pour la société organisatrice (qui annonçait à l’époque entre un tiers et la moitié de perte de chiffre d’affaires liée à la Covid, en comptant l’annulation ou le report de spectacles sous le grand hall et celle de plusieurs autres événements, American Tours Festival, Japan Festival…) mais on peut se demander si l’obstination à reporter la foire n’a pas joué contre d’autres manifestations.

Salon de l'Auto Tours
Pas de belles bagnoles cette année sous le grand hall du Parc expo de Tours. (Photo C. Charbonnier)

De fait, le directeur de Tours Événements a décidé de supprimer les salons de l’auto (27 au 30 novembre 2020) et de l’habitat (9 au 11 octobre) pour les intégrer à la foire. Une tentative désespérée de gonfler la fréquentation de cette dernière. Mais, du fait de l’annulation, les deux salons « intégrés » coulent avec le navire amiral… alors qu’ils auraient très bien pu exister par eux-mêmes, comme l’ont fait d’autres villes. Apparemment, le capitaine n’a vu que la partie émergée de l’iceberg. Reste le Salon du bébé, un… nouveau-né qui ouvrira la foire.

C’est d’autant plus dommage que, si la Foire de Tours accueille un assemblage d’entreprises locales et de professionnels venus de partout en France, les deux salons sacrifiés reçoivent en quasi-totalité des concessionnaires locaux et des artisans de la région. Au moment où l’économie est secouée à tous les niveaux, c’était peut-être l’occasion de leur donner un coup de pouce.

Ultime problème en date, l’annulation de Ferme Expo. L’énorme manifestation agricole, qui devait avoir lieu du 13 au 15 novembre 2020 au Parc Expo de Tours, est supprimée. Pas de chance : Tours Événements venait d’en reprendre la responsabilité. « Les règles sanitaires actuelles rendent impossible l’organisation de l’événement dans sa configuration envisagée. La convivialité, omniprésente sur le salon et valeur forte de Ferme Expo Tours, est incompatible avec le respect strict des règles sanitaires visant à protéger les populations » confirment les organisateurs.

Une nouvelle date est déjà annoncée : « Nous vous donnons rendez-vous les 19, 20, 21 novembre 2021 au Parc Expo de Tours pour fêter ensemble la 15e édition de Ferme Expo ! »

Et les exposants ?

En annulant définitivement la foire, Tours Événements a enfin accepté de rembourser les exposants qui avaient versé des arrhes pour réserver un stand (soit dit en passant, si la foire était seulement « reportée », le remboursement n’aurait pas été possible et la trésorerie de la société aurait apprécié. Pas celle des exposants, évidemment), non sans leur suggérer de ne pas toucher à leur cassette en attendant 2021. C’est toujours bon pour celle… de l’organisateur.

Voilà qui va calmer une fronde née depuis le report de l’édition de mai. Jusqu’à présent, Tours Événements n’avait pas voulu effectuer de remboursement, reportant autoritairement les réservations de mai vers octobre. Une manière de faire pas au goût de commerçants, déjà en difficulté, pas toujours intéressés par la nouvelle date et qui commençaient à ruer dans les brancards. Mais Tours Événements continue à les inciter fortement à laisser leur avance dans ses caisses, en leur proposant une réduction de 10 %. Pas sûr que beaucoup de monde soit convaincu de geler ses fonds, face à un avenir aussi menaçant.

Salon de l'Habitat
Au Salon de l’habitat, les artisans sont de la région. (Photo DR)

On comprend pourtant la démarche. Christophe Caillaud-Joos s’est vanté en 2020 de ne pas avoir recours aux aides de l’État pour soutenir Tours Événements. Sa trésorerie était suffisante, selon lui (1). Mais qu’en sera-t-il quand les remboursements auront été effectués (les demandes se font ICI) ? Il risque d’y avoir du regret dans l’air.

Cela dit, il doit y avoir des places libres puisque le site de la Foire de Tours incite les volontaires à exposer à quelques jours de l’ouverture de la manifestation.

Par ailleurs, si la totalité de l’équipe de Tours Événements (quatre-vingts personnes) est restée en place pour le moment, tout en étant au chômage partiel, il est prévu qu’une dizaine de personnes soient licenciées quand ce ne sera plus le cas. Si le virus à la bonne idée de ne pas passer l’été (on peut toujours rêver), il manquera du monde pour redémarrer à la rentrée.

LA FÊTE FORAINE AU RENDEZ-VOUS

Elle n’a pas échappé au carnage. La Fête foraine de Tours a laissé ses manèges au garage en 2020, ce qui a ajouté à la morosité ambiante. Pour 2021, on a eu (et on a, mais pour d’autres raisons) chaud. À un poil de virus près, les bords du Cher seraient restés vides. Coup de bol, vaccin aidant (à propos, vous avez eu votre dose ?), les attractions seront bien là.

On en annonce une centaine (contre cent-vingt en temps normal, c’est déjà bien) et un accès « libre », autrement dit sans « pass sanitaire » à l’entrée. Qu’on se le dise, cela ne signifie pas qu’il faudra faire n’importe quoi. Les forains seront attentifs à ce que des distances raisonnables soient appliquées et ils manipuleront le pulvérisateur entre chaque envolée des amateurs de sensations et autres. Et, puisque le couvre-feu n’est plus en vigueur, la fin de la fête ne sera pas avancée, comme on craignait d’avoir à le faire. 

Pour le public, il est, cela devrait aller de soi, conseillé de se faire vacciner – puisque tout le monde peut le faire maintenant – ou de vérifier par test interposé si l’on n’est pas atteint, donc contagieux. Normalement, c’est du simple bon sens, mais il n’est pas dit que ce soit la chose la mieux partagée au monde des fêtards…

Comme toujours, la Fête foraine jouera les prolongations par rapport à la foire proprement dite. Elle aura lieu du vendredi 25 juin au dimanche 18 juillet. L’entrée sera gratuite et les attractions seront à 2 euros seulement les premier et dernier jours. Le traditionnel feu d’artifices devrait avoir lieu le 17 juin.

Bonne fête à tous !

Jauge réduite, masques et pass

NB : ce paragraphe n’est plus que partiellement valable, les décisions concernant l’accès
à la Foire de Tours changeant tous les jours.
Pour avoir les dernières infos en date, reportez-vous à l’encadré en début de page.

Pour la foire, Tours Événements donne rendez-vous au public et aux exposants en 2021, du 2 au 11 juillet. Une date un peu surprenante, pour une manifestation historique de la ville (ce n’est pas par hasard si les Tourangeaux l’appellent « la foire de mai ») et qui doit, en 2021, fêter son centenaire (2). La vérité, c’est que l’idée vient du maire de Tours lui-même qui a voulu faire coïncider la foire et le passage du Tour de France dans sa ville, histoire de profiter de la communication télévisuelle. Pas gagné.

Pas sûr non plus que la foule soit là si la possibilité de partir en vacances est offerte à nos concitoyens confinés. Pas sûr encore, puisque le salon de l’auto, notamment, est censé y être intégré, que les concessionnaires viennent au Parc des Expositions en pleine période de congés.

Remarque valable pour tous les exposants, d’ailleurs. Il semble même que certains habitués du Village Gastronomique aient prévu d’aller remplir leurs assiettes et leurs verres dans une autre manifestation régionale dont nous parlons par ailleurs. Le fait que les organisateurs aient décidé que les alcools (autres que le vin) soient interdits dans le village a dû jouer aussi, surtout quand on se rappelle certaines pistes de danses improvisées par le passé autour de bars à cocktails bien connus.

On sait désormais que le nombre de visiteurs sera limité à 4 800 personnes en même temps (c’est la Préfecture d’Indre & Loire qui impose une limite, les décisions se prenant par département, en fonction de la situation sanitaire locale), soit moins de 50 000 au total si l’on compte bien. À comparer avec les 350 000 habituels. Les exposants, déjà beaucoup moins nombreux, vont s’ennuyer…

Mais la mauvaise nouvelle est tombée le mercredi 30 juin, à quelques jours de l’ouverture. Alors que les organisateurs avaient annoncé que le pass sanitaire et les résultats de tests ne seraient plus exigés à l’entrée comme prévu initialement (on devait même avoir la possibilité de se faire tester à l’intérieur de la foire), c’est le retour à la case départ. Selon les informations d’Entrée du public, la Préfecture a changé d’avis et exige désormais le pass sanitaire, décision apparemment « venue d’en-haut », comme on dit.

L’annonce officielle a finalement été faite par le biais d’un communiqué sur Facebook mais, d’ores et déjà, l’annonce de l’entrée libre sur le terrain de foire qui ornait la première page du site de la Foire de Tours a disparu. Comme nous le disons plus haut, il est probable que le masque ne sera pas exigé dans les allées mais il devrait l’être dans les halls. 

Il faudra donc prouver que l’on a été vacciné depuis plusieurs semaines (vaccination complète) ou apporter les résultats d’un test négatif. Des tests pourront être effectués sur place. Évidemment, une pièce d’identité sera  nécessaire. 

À la limite de 4 800 visiteurs éventuellement admis en même temps (il y aura des files d’attente car les accès seront moins nombreux pour permettre d’effectuer la comptabilité et la vérification des pass et des tests), s’ajoute la limitation à quarante stands du village gastronomique, contre cent en temps normal. Un village qui ne servira pas les alcools « forts » que l’on avait l’habitude de consommer. En compensation, un espace « repas » devrait être installé, permettant aux clients de ne pas s’entasser au bar. Bonne idée, d’autant que l’espace servira aussi à présenter des spectacles pour aider à la digestion.

UN P’TIT BOUT D’AMERIQUE

Puisque l’American Tours Festival 2021 est passé à la trappe virale, à la suite de celui de 2020, La Foire de Tours en a récupéré quelques miettes (de même qu’elle annonce un extrait du Japan Festival, lui aussi annulé) qui viendront s’inscrire dans une programmation initialement destinées aux artistes locaux. Les petits malins vont vite comprendre qu’ils pourront en profiter gratuitement, puisque l’accès à la foire est libre…

Le samedi 3 juillet à 20 heures,  Mr Jay & Mr Beaumont seront sur scène.


Manu Lanvin au Festival 72 du Mans (Photo Eric Martin)
Manu Lanvin and the Devil Blues (Photo Sablon Music Festival 2019)

Le dimanche 4 juillet, ce sera Manu Lanvin à 20h30.
Le même jour, à 19 heures, on entendra The Twangy & Tom Trio.

 

Faute de pouvoir transporter des étrangers, comme c’est l’habitude, c’est une auto-célébration de la foire qui sera mise en place. Logique puisque l’événement fête ses cent ans cette année.

Pour les salons, on ne sait pas encore quel sera leur destin mais il va y avoir urgence pour Tours Événements à prévoir un programme. Quand la pandémie sera calmée, il y aura intérêt à être dans les starting-blocks, ce qui ne semble pas être le cas à Tours, contrairement à Orléans, fort de son tout nouveau Parc des expositions.

Pour les spectacles à venir (Grand Hall du Parc-Expo et Vinci), les producteurs se bagarrent pour les reprogrammer, comme nous le faisons savoir par ailleurs. Mais l’évolution de la pandémie, les hésitations du gouvernement, suspendent toujours une seringue de Damoclès au-dessus de leur tête. Plein d’espoir, Entrée du Public continue à vous informer au mieux des reports et des annulations dans l’article que vous trouverez ICI.

En attendant, restez masqués !

 

PETITE HISTOIRE DE LA FOIRE DE TOURS

Pour patienter avant de pouvoir aller se balader dans la gadoue ou la poussière des allées (c’est la tradition : pour la foire de mai, soit on crève de chaud, soit on subit des bourrasques hivernales ; en juillet, on à plus de chance d’avoir du  soleil, mais on ne sait jamais…), voici en quelques dates l’histoire de la Foire de Tours. Attention, nostalgie à prévoir…

1879  : le Crédit Agricole expose du matériel agricole devant la gare, sur le boulevard Heurteloup, version « moderne » d’une activité commerciale qui remonte à la nuit des temps. Au fil des ans, cette manifestation devient une des plus grandes expositions du genre en France.

1921  : Naissance de La Grande Semaine à l’initiative du maire de l’époque, Camille Chautemps. La fête foraine se tient sur les bords de Loire, l’exposition reste sur le boulevard.

Après-guerre : la fête foraine se déplace vers l’Est, sur l’ancien canal de la Loire au Cher, qui vient d’être comblé (c’est aujourdh’ui le « périph' »). Les stands gagnent les deux boulevards et l’avenue de Grammont. Les plus anciens se rappelleront leurs toiles rayées orange et blanc.

1963  : La foire agricole de l’Ouest européen est installée par Jean Royer, maire depuis 1959, sur les rives du Cher. Les festivités et la foire commerciale restent en centre ville.

1964 : les deux manifestations (trois, avec la fête foraine) se retrouvent au bord du Cher. Elles y resteront après avoir pris le nom de Foires de Tours et se tiendront ensemble au mois de mai.

https://www.37degres-mag.fr/wp-content/uploads/2018/05/20180503_100620-1024x858.jpgUn gros ballon voisine encore avec le tout neuf bâtiment « en dur » avant de se dégonfler… (Photo DR Archives municipales)

1965  : à défaut de bâtiment fixe, c’est une structure gonflable qui protège la 44e édition de la foire. Le maire (toujours Jean Royer) annonce qu’il va faire remblayer, à la manière des marais pontins, les prairies de Rochepinard pour y faire construire une halle de 10 000 m².

1966  : le nouveau bâtiment, signé Jean Barthélémy, est inauguré. Les arches, en bois lamellé-collé, utilisent une technique d’avant-garde pour l’époque. Elles libèrent entièrement l’espace.

Mars 2003 à octobre 2009 : restructuration du grand hall (acoustique, renforcement, etc.), du Village gastronomique et du Hall B pour y accueillir les manifestations dans des conditions meilleures et élargies. Construction de « l’Igloo » et du bâtiment administratif.

2009  : au mois de mai, les SEM qui géraient jusqu’alors séparément le Parc des Expositions et le Centre international des congrès Vinci sont regroupées dans la SAEM Tours événements.

(1) Il est amusant de lire, dans la presse locale, que Tours Événements dispose d’une trésorerie suffisante («  » La crise nous a coûté 2 M€ de trésorerie cette année », détaille le directeur, Christophe Caillaud-Joss en précisant que l’entreprise dispose encore de 3 M€ ») alors que celui qui a constitué « ce bas de laine », l’ancien directeur, a été poussé vers la sortie par la précédente municipalité…

En ce qui concerne les aides de l’État, il semble que Christophe Caillaud-Josse ait changé son fusil d’épaule depuis l’écriture de notre article. Un autre « bas de laine » bienvenu…

(2) Pour fêter ses cent ans, La Foire de Tours met en place une exposition d’objets (ustensiles du quotidien, outils, mode, électro-ménager, accessoires…) retraçant le siècle écoulé. Le public est invité à apporter son propre matériel, récupéré dans les caves de papy ou le grenier de tata. Pour s’inscrire, il suffit de cliquer ICI.

Attention, comme nous l’écrivons par ailleurs, il faudra probablement montrer patte blanche pour entrer sur le site, contrairement à ce qui avait été annoncé.
Autrement dit, il faudra avoir été vacciné et être en possession de son « pass sanitaire ». Il est probable qu’un résultat négatif de test datant de moins de vingt-quatre ou quarante-huit heures sera aussi accepté
mais nous n’en avons pas encore la confirmation.

Le site de la Foire de Tours est ICI, mais, au moment où nous écrivons, il est presque aussi vide que le café du coin en période de couvre-feu.