Vous voulez sortir  ?
Entrez vous faire vacciner  !

Dernière mise à jour le 11 mai 2021

D’accord, Entrée du public n’est pas vraiment l’endroit où l’on élucubre sur les avantages comparés de l’AstraZeneca et du Johnson & Johnson. D’accord, mais il y a au moins un sujet qui nous intéresse, en cette période de covidite aiguë, c’est le confinement.

Parce que nous, on aime bien sortir. Pour boire un coup avec les potes, certes, mais surtout quand on le fait après avoir boulotté du cinoche, dégusté du théâtre, grignoté une expo ou siroté de la musique, entre autres nourritures aussi terrestres que spirituelles, qui sont notre régime de croisière.

Alors, quand on voit que certains jettent le masque aux orties ou rechignent à se faire piquouser le deltoïde sous des prétextes aussi fallacieux qu’inconséquents, on grogne, pour ne pas dire plus. Et l’on part à l’assaut des dégonflés de la seringue, au moins pour leur dire pourquoi ils se trompent.

Les gens de spectacle, à Entrée du public, qu’ils soient acteurs, danseurs, metteurs en scène, producteurs, manipulateurs de douches (des projecteurs qui éclairent à la verticale) ou manieurs de brigadier (c’est vrai, on ne frappe plus guère les trois coups, et encore moins avec un bâton, mais ça fait joli dans le texte), décorateurs, costumières ou caissières, on les connaît, et on les aime.

Et ça nous fait sérieusement mal au cœur de les voir se morfondre loin des plateaux et des loges, comme nous loin des scènes et des écrans. On pense à eux, on les applaudit (eux aussi), on les attend, mais là n’est pas notre sujet. Pas directement, en tout cas.

Report spectacles Tours
Photo Unsplash.Philippe.Bout

Le bon sens, tout simplement (ou presque)

Passons sur les farfelus qui sont persuadés que des aliens ont inventé le Covid pour que la population planétaire soit vaccinée avec des puces qui seront activées par la 5G et nous feront marcher au pas martien (on en connaît, et pas des plus incultes, c’est ça qui est grave…), on leur conseillera seulement de regarder En thérapie sur Arte et de prendre rendez-vous dans la foulée.

white and green syringe on white surfacePhoto Unsplah Ivan Diaz

Venons-en aux autres, aux très malins, aux très forts, aux très j’menfoutistes, aux pétochards, bref à tous ceux à cause de qui nous allons devoir continuer à consommer du Netflix à outrance (ce qui n’est pas toujours mal, d’ailleurs, voir pour cela The queen’s gambit ou Suburra, à titre d’exemples), liquéfiés dans nos canapés, certes plus confortables que des sièges mal calculés pour les jambes de la nouvelle génération mais tellement moins sympas.

À ceux-là, sans nous prendre pour des Prix Nobel de médecine, nous voulons donner quelques infos – vérifiées – sur le sujet, assorties de quelques réflexions de simple bon sens. Oublions les communications politico-hypnotiques à géométrie variable, mettons nos masques et regardons-nous dans les yeux.

Saint Thomas, ils sont devenus fous…

Soyons simples : le (ou la, on s’en fout) Covid existe. Qu’il arrive de Chine ou de la lune, ce n’est plus le problème. Il est là, il rend malade (pas toujours, on sait, on va y revenir), il envoie pas mal de monde au lit, en réanimation ou ad patres, c’est selon.

Pour les « anciens », c’est radical. S’ils sont sérieusement malades, ils auront droit à un aller simple en réa. Désolés (on pense à l’un de nos jeunes lecteurs, que nous ne nommerons pas, n’est-ce pas Quentin ?), ce n’est pas une raison pour s’en foutre. Pour les autres, c’est aussi la roulette russe, comme dirait l’inventeur du Sputnik. Ça passe ou ça casse.

C’est là qu’est le problème. Comme pas mal de clients passent à travers (petit rhume, petite grippe ou rien du tout), tout le monde croit que la chose n’est pas dangereuse. Si quelqu’un casse sa pipe dans la famille, on change d’avis, mais, statistiquement, ce n’est pas la majorité. Donc, je ne vois pas les morts, c’est qu’ils n’existent pas. Ou si peu.

La peste, ou les bombardements que notre siècle nous déverse à outrance, c’est bien. On balade des charrettes pleines de cadavres dans les rues, on voit les dégâts, donc on y croit. Relisez Camus. Le Covid, c’est vicieux. Ça se cache et nos Saint Thomas à la petite semaine ont beau jeu de dire que ça va tomber sur les poumons des autres. Surtout quand ils sont jeunes.

Alors, on voudrait leur dire quelque chose aux jeunes-qui-savent-tout (on connaît, on en a fait partie) : même si vous n’êtes pas malades après avoir été atteints, vous portez une bombe à retardement sur vous. Pour les autres (vous êtes contagieux) mais pour vous aussi. C’est nouveau, ça vient de sortir chez les scientifiques du monde entier, et ce n’est pas rassurant.

person in black shirt lying on bedIl n’y a pas d’âge pour être terrassé par le virus… (Photo Unsplash Jamie Street)

Oublions les aspects respiratoires que tout le monde connaît. Rappelons au passage que beaucoup de malades traînent des mois une fatigue incontrôlable, une incapacité à se concentrer, par exemple. Et il n’est pas nécessaire d’avoir été sérieusement malade ou d’être âgé pour y avoir droit. C’est valable aussi chez les jeunes. Pas bon pour les exams quand les facs auront rouvert.

Vous en voulez plus ? Selon un chercheur de l’Université de Columbia, « Des patients souffrent d’anosmie [perte d’odorat], de déficits cognitifs et d’attention, d’apparition d’anxiété, de dépression, de psychoses, de crises d’épilepsie et même de comportements suicidaires [qui se déclenchent] avant, pendant et après les symptômes […], ce qui suggère qu’il y a des dommages cérébraux indépendants » (L’Obs) Attendez, ce n’est pas fini.

On parle vaccins ?

Les chercheurs ont aussi découvert que les malades (graves ou pas, jeunes ou pas) risquent de s’offrir une dégénérescence des cellules du cerveau plus tôt que prévu, avec crises d’épilepsie ou maladie de Parkinson à la clef : « Ceux qui viennent consulter pour le Covid long sont actifs, jeunes, sans facteurs de risque particulier. Des femmes de 40 à 60 ans, des hommes de 30 à 50 ans » (Santé Magazine). Toujours pas intéressés, les jeunes ? Allez vous payer la tête de pépé après ça…

Plus simplement, le Covid peut provoquer des acouphènes (des bruits dans les oreilles) ou des surdités. Devenir sourd alors que le Hellfest était annulé, fallait le faire.

yellow and black tissue rollPas de quoi s’affoler, mais… (Photo Unsplash Jasmin Sessler)

Vous êtes convaincus (on pourrait vous en aligner encore des tonnes mais on ne veut pas vous déprimer, le virus s’en charge) et vous pensez au vaccin. « Oui, mais… ». « Mais » on entend tout et son contraire en la matière. Donc, si vous avez admis (voir plus haut) que vous ne provoquerez pas de parasites dans votre télé après avoir reçu votre dose, quid des « effets secondaires » ?

En ce qui concerne les petits (nausée, fièvre…), c’est rarissime et ça ne dure pas. Nous l’avons vérifié. Vous n’êtes pas des poules mouillées, vous n’avez pas peur de vous faire piquer (minuscule, l’aiguille, on ne sent rien) ? Pour les effets plus graves, en oubliant les Cassandre de plateaux télé, il faut comparer ce qui est comparable.

Comme au Loto

Le Guardian a imaginé les risques de thromboses pris avec le vaccin AstraZeneca dont on dit tant de mal. Pas facile car, comme dit le journal, devant tant de zéros (après la virgule) il est difficile d’apprécier. Une « chance » sur 100 000 d’avoir un pépin, c’est quoi ? En gros, c’est le risque que vous avez de mourir dans un saut en parachute, à la suite d’une anesthésie générale, de deviner les cinq derniers chiffres d’un numéro de téléphone ou de gagner au Loto après avoir acheté 450 tickets, dit le Guardian. Pas des masses, donc. Et pour les autres vaccins, c’est encore moins. Pas plus en tout cas qu’avec n’importe quel vaccin classique ou médoc, ou après certains abus que vous avez l’habitude de faire entre amis et que nous ne détaillerons pas ici.

Bref, ce n’est pas le diagnostic qui compte, c’est la prise de conscience. Vous pouvez faire les malins mais si vous ne portez pas de masque, vous pouvez transmettre ou récupérer le virus, vous pouvez rendre malade ou tuer un de vos potes, un membre de votre famille ou un inconnu. On ne dira pas que c’est un meurtre, mais ça y ressemble.

Vaccination Covid
Au moins, les choses sont claires ! (photo Entrée du Public, prise à l’hôpital Bretonneau de Tours)

Et puis vous ne pouvez pas réclamer à cors et à cris la possibilité de sortir et tout faire pour que l’épidémie dure. Parce que c’est ce que vous faîtes (pas tous, on l’admet) en jouant aux c… En ne faisant pas gaffe, en ne vous faisant pas vacciner, si vous avez l’âge, vous faites durer le plaisir de M. Virus, vous lui donnez le temps de faire des petits variants, et vous empêchez les salles de rouvrir et les artistes de travailler.

En gros, vous vous tirez une balle dans le pied et une autre dans celui de votre voisin. C’est malin, ça ?

Pour prendre rendez-vous pour se faire vaccine, c’est  ICI (et ce n’est pas de la tarte…)