Dis, papa, c’est loin l’American festival  ?
Tais-toi, et attends… 2023

Dernière mise à jour le 14 janvier 2022

En voyant les règles s’assouplir, on pouvait y croire. Malheureusement, les conditions imposées par les autorités et par le virus, fût-il devenu faiblard, étaient incompatibles avec l’esprit de la manifestation.

C’est ce qu’annonçait à l’été 2021 la direction de Tours Événements, en repoussant l’American Tours Festival à 2022. On ne lui donnera pas tort.

Restait à savoir si l’édition aurait bien lieu, comme nous l’écrivions. Eu égard à l’agitation qui règnait à l’automne 2021 du côté de Tours événements, nous étions dubitatifs, comme nous l’expliquons en fin d’article.

Malheureusement, nous avions raison : une nouvelle fois, L’American Tours Festival est encore repoussé, cette fois à l’été 2023. À condition d’y croire…

« No way ». Autrement dit « pas moyen » ou « pas de route. Celle qui conduit à Tours (USA) reste fermée. (Photo DR)

On pouvait, on voulait y croire. C’est vrai que le désormais mythique American Tours Festival fait figure, depuis sa naissance en 2007, d’événement majeur de l’année tourangelle. Avec ses myriades de Harley, ses « trucks » luisants comme une étoile de sheriff, ses cow-boys, justement, et ses indiens, ses parquets de danse multiples, divers et encombrés, sans oublier des concerts de « ouf » comme on dit aujourd’hui, avec quelques milliers de fans assemblés devant la scène, le baby de papa Denis Schwok est une sacrée belle bête.

Les voisins sur le sentier de la guerre

Malheureusement, c’est aussi tout ce qu’adore le Covid et ce que n’aiment pas les services de santé. On ne les roulera pas dans les plumes enrobés de goudron pour autant. L’épidémie n’est pas finie et il faut se méfier de la chose, rusée comme un Apache, capable de repartir à l’assaut. À propos, vous êtes vaccinés ?

Sans doute était-il trop tard à l’été 2021 pour organiser une manifestation de cette envergure comme Tours Événements l’a fait avec la foire (et avec plus ou moins de réussite…), ce qui peut se comprendre. Et puis, avec l’obligation de limiter le nombre d’entrées, il aurait été difficile de rentabiliser la chose.

Bref, les Stetson sont restés au vestiaire, les Harley n’ont pas grogné et les Santiag n’ont pas tapé du talon à Tours cette année 2021, deuxième annulation après celle de 2020.

motos autos de prestige et d'exception camions trucks sur le festival 72 du mans 9 10 11 juillet 2021Au Mans, on parlait aussi mécanique, question d’ambiance locale… (Photo DR)

Dommage, mais les habitués ont pu pousser un peu plus loin, juste pour faire connaissance avec le petit frère du festival tourangeau, alias Festival 72 du Mans. On y trouvait voitures de prestige, motos, tatouages, ambiance vintage, poker, hot-dogs et, évidemment, concerts (ACCA/DACCA, With U2 Night, Manu Lanvin, Cherry Casino & The Gamblers, entre autres). Une manifestation imaginée par un certain… Denis Schwok. Il y avait de la concurrence dans l’air, même si les difficultés épidémiques risquent, là aussi, de repousser la deuxième édition au-delà de 2022.

À Tours, c’était – théoriquement – du 1er au 3 juillet 2022 que l’American Tours Festival devait repartir à la conquête de l’Ouest. Suffit d’attendre, comme un Sioux à la chasse au bison. « Easy, buddy, easy. » Quoique

L’Amérique, c’est de plus en plus loin

La promesse a été faite par un certain Christophe Caillaud-Joss, ci-devant directeur de Tours événements à l’époque, la structure, liée à la municipalité de la ville, qui organise notamment l’American festival. Une promesse qui ne l’engageait pas beaucoup puisque le directeur en question a donné sa démission fin octobre 2021 pour partir en direction de Strasbourg.

Dans la coulisse, on dit que ce départ n’est pas une surprise. Les rapports entre la nouvelle municipalité et Christophe Caillaud-Joss, sans être tendus, étaient plutôt… distendus. D’ailleurs, il a été annoncé que la place ne serait pas occupée avant plusieurs mois (on a nommé un directeur provisoire), le temps pour la municipalité de définir une stratégie, ce qui veut dire apparemment que l’on n’en avait pas. Ah bon ?

Donc, la ville fait faire des études pour savoir ce qu’il faut faire puisque, on l’a compris, ce n’était pas le cas de l’équipe en place. Et elle cherche surtout comment ouvrir la structure à la Métropole, pourquoi pas, même si la définition de la politique risque d’être encore plus confuse. 

Zorro est repartiii…

En attendant, l’avenir de Tours événements se perd dans les brumes du Cher. Certes, le Covid l’a sérieusement secoué, comme toutes les places du genre. Mais la politique de Christophe Caillaud-Joss, qui a (par volonté de faire du passé table rase ou par véritable calcul économique ?) passé à la trappe plusieurs manifestations emblématiques du Centre de congrès Vinci (qu’il a voulu débaptiser…) et du Parc des expositions peut interroger, sinon inquiéter.

Aujourd’hui, le nouveau strasbourgeois se présente étrangement comme un redresseur d’entreprise : “J’ai fait mon job de remettre la société dans les grands standards internationaux” explique Christophe Caillaud-Joos pour justifier son départ, se disant principalement motivé par le redressement de sociétés que la gestion d’affaires qui roulent. “Quand je suis arrivé Tours Evénements était une entreprise fermée sur elle-même, depuis elle est redevenue normale, nous avons développé la trésorerie, été cherché de grands congrès comme ceux de la société Paprec et on a pu réinvestir” (InfoTours)

Voilà qui est tout neuf puisque, jamais, Christophe Caillaud-Joss ne s’est présenté comme un Zorro de l’économie, au contraire. Lors de son arrivée, il disait de Tours dans le quotidien local : « j’ai découvert une vraie richesse culturelle et architecturale. Je me suis dit qu’un jour je viendrai travailler ici. Et Tours Événements est un formidable outil. »

Retour à l’envoyeur

En ce qui concerne les finances, il est acquis que Tours événements était en bonne santé à  son arrivée, comme cela a été exposé par la municipalité de l’époque, pourtant peu disposée à dire du bien de son prédécesseur, Denis Schwok, dont elle allait se débarrasser. Si certaines manifestations étaient déficitaires (comme Les Fourchettes soniques, à peine sorties du berceau) l’ensemble de l’activité était en positif. Pas besoin, donc, d’un « redresseur ».

Et puis, le but d’un parc expo et d’une salle de spectacle et de congrès n’est-il pas, avant tout, d’animer une ville, comme toute activité culturelle, avant de remplir les caisses ? Question politique, évidemment, qui, si elle n’est pas prise dans ce sens à l’avenir, risque de coûter la vie à l’American festival, pourtant générateur de solides retombées et de notoriété pour la ville, comme, là encore, l’admettait l’ancienne municipalité.

Aujourd’hui, Tours événements affiche des résultats légèrement positifs malgré la crise, même s’ils sont inférieurs à ceux de l’époque pré-Covid. C’est incontestable. Mais il est amusant de constater, selon nos informations, que cela est surtout dû à la réintégration, dans les comptes de 2020 et 2021, de « provisions » mises au frais pour anticiper les indemnités qui seraient éventuellement versées à l’ancien directeur, en conflit juridique avec la mairie de Tours depuis son licenciement.

Voir l’actuel directeur sauvé par l’ancien, c’est sans doute ce que l’on appelle « l’ironie de l’histoire »…

Le Covid, seulement le Covid ?

En attendant, le terrain ressemble à un champ de ruines. La plupart des manifestations gérées par Tours événements ont été gommées, d’autres ont perdu une grande part de leur public (à cause du Covid, c’est vrai, mais aussi du fait de changements de dates incongrus ou de concept) au profit d’événements importés, sur le même principe que les spectacles, par exemple.

On l’a dit plus haut, c’est un choix qui se veut économique, même si l’on peut douter de son efficacité. Mais, encore une fois, n’est-ce pas le rôle d’une municipalité d’animer la cité ? 

Quant à L’American Tours festival, il faut espérer qu’il ne passera pas lui aussi à la moulinette, ce qui n’est pas gagné. Déjà trituré et amaigri avant l’épidémie, il serait dommage qu’il meure d’inanition, faute d’avoir été nourri par les édiles locaux dont la passion pour les deux roues se limite à la bicyclette, comme on sait.

D’autant que la logique ne semble pas forcément au rendez-vous. Le Japan Tours Festival, prévu en début d’année, est repoussé… au début juillet, pile poil aux dates qui devaient accueillir l’American Tours Festival ! Si l’on comprend bien, le virus est dangereux pour les cow-boys mais pas pour les samouraïs… Apparemment, les autorités locales ont une vision trouble de l’évolution de la pandémie, ce qui ne surprendra personne. Comment savoir ce qu’il en sera dans six mois ? Et, dans ce cas, pourquoi annuler déjà ?

D’autant, comme le constatent nos confrères d’Info-Tours, que « pour l’instant, les autres gros festivals d’Indre-et-Loire comme Avoine Zone Groove, Terres du Son et Yzeures’N’Rock ont bien l’intention de se tenir. Tout comme Aucard en juin à la Gloriette. Les programmations commencent d’ailleurs à se dévoiler. C’est plus pour la partie hivernale que c’est compliqué, Le Temps Machine de Joué-lès-Tours ayant par exemple annulé son festival Allotropiques qui devait débuter le 2 février. »

De là à se dire, sans faire de complotisme facile, qu’il y a un truc bizarre derrière ces choix erratique, il y a moins loin que de Monument valley au Mont Fuji…

Le (nouveau) communiqué des organisateurs de l’American Tours Festival

ANNULATION DE L’EDITION 2022 DU FESTIVAL 100 % CULTURE U.S.

Chers festivalières, chers festivaliers,

Le temps passe vite, cela fait déjà presque 3 ans que nous nous sommes réunis pour la dernière fois pour fêter ensemble la culture US. La pandémie a depuis mis à mal le spectacle vivant et ses acteurs, tout comme les festivals à travers le monde.

Nous nous réjouissions de pouvoir vous revoir cet été et récompenser votre longue attente, mais l’heure des retrouvailles n’a pas encore sonné. L’édition 2022 de l’American Tours Festival initialement prévue du 1er au 3 juillet n’aura malheureusement pas lieu.

Nous sommes conscients que vous attendiez avec impatience de vous réunir cet été, mais dans le contexte sanitaire actuel nous sommes confrontés à des difficultés majeures. Les conditions d’organisation des concerts debout en toute sécurité pour vous tous, ou encore les incertitudes concernant les tournées et la programmation d’artistes internationaux compliquent sérieusement l’organisation de notre festival.

Avant tout, sachez que nous pensons à tous nos partenaires, exposants, artistes et bien entendu vous, fidèles festivaliers, qui nous soutenez depuis de nombreuses années. 

Surtout prenez soin de vous et de vos proches, et continuez à soutenir, aimer et partager la culture U.S autour de vous !

See you folks

American Tours Festival du 1er au 3 juillet 2022 au Parc Expo de Tours : annulé

Le site de l’American Tours Festival

…et celui du Festival 72 du Mans