Anastasia Kobekina à Fondettes
Le monde du violoncelle est à elle

Dernière mise à jour le 22 décembre 2021

On l’imaginerait plutôt sur la scène de l’Opéra de Tours. Mais c’est dans la Grange des Dîmes de Fondettes (Indre & Loire), en juin 2022, que l’on pourra entendre Anastasia Kobekina, peut-être (bientôt) une des meilleures violoncellistes actuelles. Surprenant, mais à ne surtout pas rater !

C’est sympa, Fondettes. Un poil plus de dix-mille habitants, le calme, un joli bourg, Tours à portée de bus, bref, une ville de banlieue pépère (ou mémère) avec son église, son marché et sa salle des fêtes. Partant de là, le lecteur formaté imagine décorations de Noël, courses à pieds, carnaval des enfants et autres fêtes de village. Il y en a, oui, mais pas que.

Parce qu’il arrive que la surprise se glisse entre le repas des anciens et la Fête des fleurs et des abeilles, dans le programme des festivités locales, comme ça, sans prévenir et, peut-être, sans que beaucoup de monde comprenne que ce qui va se passer entre la boulangerie et la supérette ressemble fort à un événement musical presque mondial, si l’on en croit certains.

Anastasia Kobekina à Fondettes (Photo DR)
Anastasia Kobekina à Fondettes, un moment exceptionnel. (Photo DR)

De fait, le curieux ou le chanceux, s’il est mélomane, aura découvert le nom d’Anastasia Kobekina à la date du 25 juin 2022, juste après la fête de la musique. Et, s’il est un peu fouineur (ou s’il suit de près l’actualité musicale), le lecteur fondettois aura compris qu’il tenait là l’événement local de l’année : Anastasia Kobekina est la violoncelliste dont  beaucoup s’accordent à dire qu’elle sera bientôt la meilleure du monde, et que ça ne devrait pas tarder : « Cette jeune violoncelliste à la sonorité profonde et ductile, prend place parmi les instrumentistes les plus captivants de la nouvelle génération » (Michel Le Naour – Classica).

La princesse qui venait du froid

Elle est toute jeune, Anastasia. Vingt-sept printemps et déjà plus de vingt ans de carrière, si l’on admet qu’elle a donné son premier concert à six ans, après deux ans de pratique du violoncelle.

L’ambiance familiale a aidé. Papa est compositeur, maman musicienne et l’on entend beaucoup de musique dans la maison d’Iekaterinbourg, du côté de l’Oural, comme elle le raconte dans cette vidéo de classiquemaispashasbeen.fr. Et il y a des traces de ces débuts familiaux, puisque la petite jouait pour ses parents devant une caméra, en robe de princesse, comme elle le fait aujourd’hui dans les plus grandes salles, toujours avec autant d’enthousiasme et de simplicité.

En 2016, Anastasia Kobenika entre à l’École centrale de Moscou, puis, en Allemagne, à l’Académie Kronberg avant de se retrouver au Conservatoire de Paris, classe de Jérôme Pernoo. En 2019, elle récolte la troisième place au Concours international Tchaïkovski de Moscou, la référence absolue. La voilà devenue star.

Le choix de Vladimir

En 2014, un certain Vladimir Spivakov, l’un des plus grands violonistes du monde, chef d’orchestre et directeur musical du Festival de Colmar (entre autres responsabilités et un épisode tourangeau que nous évoquons par ailleurs ici) se produit avec son ensemble, Les Virtuoses de Moscou, à Annecy. Il y présente certains des jeunes talents qu’il soutient. Parmi eux, une certaine Anastasia Kobekina qui sidère le public, dans lequel se trouve Pascal Escande, directeur du Festival d’Auvers-sur-Oise. Le monsieur, qui sait ce que jouer veut dire, invite la jeune femme à se produire et à enregistrer chez Van Gogh. « Dès les premières notes, j’ai été saisi par l’intense musicalité de son jeu, le timbre de son instrument, son expression, et tout simplement son charisme. » (Le Figaro)

Anastasia Kobekina à Fondettes (Photo DR)
Force et délicatesse, l’accord parfait. (Photo DR)

La jeune violoncelliste est enthousiaste («  Je me souviens de la chaleur de l’accueil du public. Et puis cette église, que je connaissais par la peinture de Van Gogh ; c’était quelque chose d’incroyable que de se retrouver tout à coup dans le tableau ! ») et fait un tabac.

Depuis, Anastasia Kobekina n’arrête pas. Sans doute, comme dit Le Figaro, grâce à « la force de ses contrastes, lui permettant d’alterner en quelques mesures des lignes musicales qui sonnent comme de véritables courses à l’abîme, et des moments de grâce suspendue élégiaque. »

La liste des orchestres, des chefs et des lieux prestigieux où elle s’est produite est sidérante, comme on vous le démontre en vrac : l’Orchestre National de Russie, l’orchestre du théâtre Mariinsky, l’orchestre symphonique de Vienne, celui de Varsovie et la Camerata Baltica, le tout sous la baguette de Vladimir Spivakov, bien sûr, Krzysztov Penderecki, Heinrich Schiff ou Valery Gergiev, dont nous parlons également ici.

Anastasia Kobekina a aussi joué en musique de chambre auprès de Gidon Kremer, Yuri Bashmet, Fazil Say, Denis Matsuev, Vladimir Spivakov, Renaud Capuçon et Andras Schiff.

Elle se produit en soliste dans des lieux prestigieux tels que le Konzerthaus de Berlin, le Lincoln Center de New York, la salle du Conservatoire de Moscou, le Théâtre du Bolchoï et… la Grange des Dîmes de Fondettes, certes évocatrice de la fameuse Grange de Meslay, mais à la capacité loin des salles où l’on a l’habitude de la trouver !

La ville de Fondettes n’excellant pas dans la communication (ni dans la location des places, comme on le verra plus bas), on ignore ce que la violoncelliste interprétera à Fondettes sur son Stradivarius de 1698, au côté du pianiste Tristan Pfaff. Mais, si nous avions un souhait à émettre, ce serait qu’elle propose la magnifique sonate pour arpeggione de Schubert. Une pièce que nous avions pu apprécier, il y a longtemps, interprétée par Yuri Bashmet, dans la manifestation dont nous parlons ici, une nouvelle fois

Et, comme nous sommes gentils, nous vous offrons généreusement la possibilité de l’entendre en suivant ce lien puisqu’elle l’a interprétée devant les caméras d’Arte.

Sublime, forcément sublime, dirait Marguerite !

P.S. : à l’heure où nous écrivons, malgré les annonces diffusées dans le bulletin municipal, il n’est pas possible d’avoir des informations sur le site de la Mairie de Fondettes, ni sur l’adresse de location. On vous donne les liens tout de même, ça finira bien par arriver…

Mercredi 25 juin 2022, à la Grange des Dîmes de Fondettes (Indre & Loire).

Réserver à Fondettes ICI, si ça veut bien marcher… (1)

 

(1) Les suggestions de réservations données par Entrée du public ne sont que des informations destinées à aider nos lecteurs en les dirigeant vers des points de vente susceptibles de fournir les places correspondant à l’article publié.
D’autres possibilités existent, évidemment.
Entrée du public n’effectue aucune vente de billets par lui-même. Pour toute information concernant les places réservées (modifications, annulations…) vous devez vous retourner vers le vendeur auprès duquel vous avez pris vos places.