Running Loire Valley
Bons voyages, messieurs du mollet…

Ça a démarré modestement par quelques dizaines de kilomètres de balade musclée à travers la ville. Désormais, ce qui s’appelle, en bon français, le Running Loire Valley fait la nique au Tours N’Man (un triathlon) en ajoutant aux 10 et 20 km d’origine un marathon. Soit, sauf erreur, 42,195 km au compteur. Ce qui s’appelle avoir les mollets qui gonflent…

C’est devenu une “vieille” habitude. Chaque année depuis 1982, un dimanche de septembre, on ne circule plus dans les rues de Tours à cause des piétons. Non qu’il y eût des soldes tardives mais parce que c’est la période à laquelle ont lieu les 10 et 20 km de Tours, courses pour pros et amateurs de la sueur itinérante. Une belle manifestation, c’est vrai, qui a connu de plus en plus de notoriété au fil des ans, portée par la mode du footing (maintenant, on dit « running »), universelle et largement partagée.

Running Loire Valley (Photo DR)
Le marathon du Running Loire Valley prend le chemin des écoliers. (Photo DR)

Le jour de Loire est arrivé

Pour l’édition 2019, qui aura lieu le 22 septembre, les accros du bitume auront droit aux habituels 10 km, à multiplier par deux (sur le même parcours) pour ceux qui veulent mettre les bouchées doubles. Depuis quelque temps, sans doute pour ne pas rendre grognons les occupants habituels des rues tourangelles mais aussi pour prendre l’air (et justifier le nom de l’épreuve, Running Loire Valley…), le peloton traverse la Loire (par les ponts Mirabeau et Napoléon) et n’entre dans la ville que dans sa partie nord. Ce qui fait quand même quelque 13 000 coureurs à passer sous les fenêtres du quartier. S’il fait chaud et que vous avez acheté une bombe glacée, pas sûr qu’elle soit encore présentable quand vous pourrez enfin traverser la rue une fois la lanterne rouge passée…

En gros, départ place Anatole France, exploration de la rive Nord entre le pont Napoléon et Marmoutier, virée autour du Vieux Tours (pour les 20 km). Les cartes sont sur le site.

Running Loire Valley (Photo DR)
Pas le temps de butiner dans le potager du Château de Villandry… Dommage ! (Photo DR)

Pour les adeptes de la culture grecque, on verra plus large. Les marathoniens quitteront Tours pour aller jusqu’à Villandry en passant par Savonnières (la visite du château est réservée au public, les autres n’ont pas le temps de faire leur marché dans les jardins, pourtant potagers…) avec retour paradoxal sur les pistes de La Loire à vélo…

Faire ses courses… au Vinci

Bien entendu, les épreuves mêleront le sérieux et le ludique. On se déguisera souvent, ce qui fait toujours marrer le public et peut permettre de gagner un prix. Les courses handisport ont toujours eu leur place dans les rues de Tours et c’est bien.

Nouveauté 2019, un Salon du running s’installera dans les murs du Vinci, le Centre de congrès local. On y battra la semelle, triturera du lacet, dégustera diverses boissons (autorisées) et autres nourritures terrestres gages de grande forme, on pourra s’inscrire pour d’autres épreuves et courir dans les escaliers pour tester ses nouvelles pompes. C’est aussi là que l’on retirera son dossard dès le 20 septembre.

Programmé lors des journées du patrimoine, le Running Loire Valley fera entrer la guibole d’acier dans celui des vieilles pierres. Euclès, le coureur de Marathon, aurait apprécié, s’il n’était pas mort de fatigue à l’arrivée…

Dimanche 22 septembre 2019 à partir de 8h30.
Pour s’inscrire ou en savoir plus, le site du Running Loire Valley est ICI