Doulce mémoire au Studio de Tours
La petite musique de Léonard

C’est la fête à Léonard (Da Vinci, de son nom). Pour célébrer l’anniversaire de sa mort il y a 500 ans, on fête le papa de la Joconde un peu partout et dans la région en particulier. Fidèle à sa recherche de l’originalité, l’ensemble Doulce Mémoire propose un ciné-concert aux Studio cinémas de Tours sur un film muet de 1919.

Doulce mémoire à Tours
Doulce mémoire a l’habitude de se balader devant Chambord. De là à rencontrer Léonard de Vinci… (Photo DR)

Nous, on aime bien Doulce Mémoire. Parce que cet ensemble qui se consacre à la musique de la Renaissance ne se contente pas de s’engoncer dans fracs et robes noires et de faire sonner des instruments d’époque mais assume sa modernité et son humour par des assemblages souvent… baroques. Entrée du Public avait déjà souligné la chose lorsque les musiciens avaient joué (dans tous les sens du terme) avec Les Pandas du Yunan, un théâtre d’ombre chinoises. Cette fois, c’est dans un ciné-concert particulièrement inattendu qu’on les retrouve.

Le ciné-concert, c’est le retour aux salles enfumées des années vingt (sans la fumée), lorsque des images en noir et blanc tremblotaient sur la toile et qu’un pianiste ou quelques musiciens payés des haricots jouaient une bande-son approximative en massacrant leurs claviers aux moments forts de la pellicule. Si le son Dolby et la 3D font passer la méthode pour préhistorique, la mode des ciné-concerts est pourtant de retour. À l’Opéra de Tours, on joue Chaplin dans la fosse pendant que Charlot joue sur l’écran. Ce sont les Lumières de la ville (30 et 31 mars, voir notre article ici). On a vu la même chose à Malraux avec Jour de fête, de Tati.

Drôle de bobine

Cette fois c’est au Studio que l’on remontera le temps. Doulce mémoire accompagnera un film, noir et blanc évidemment, consacré à Leonardo da Vinci (version originale…) signé Giulia Cassini-Rizzotto et Mario Corsi. Une drôle de bobine qu’il aura fallu dénicher sur les étagères du Centro Sperimentale di Cinematografia de la Cineteca Nazionale italienne (pour ceux qui auraient l’intention de passer leurs vacances vers Cinecitta, c’est à côté, via Tuscolana, à Rome).

Pour jouer les cinéphiles avertis (on triche, évidemment), signalons que les acteurs sont Alberto Pasquali (Leonardo), Laura Darville (Monna Lisa), Bepo A. Corradi, Alfredo Bracci, Rina Calabria, Salvatore Lo Turco, Gilda Pieroni, ce qui ne parlera pas à grand monde mais cela n’a pas grande importance. C’est juste pour l’ambiance

Parce que l’idée est rudement chouette et que c’est une expérience très futée que Doulce Mémoire nous propose. Venant d’eux, cela dit, ce n’est pas une surprise. Générique des artistes qui seront devant l’écran : Clara Coutouly, soprano, Pascale Boquet, luth & guitare renaissance, Denis Raisin Dadre, flûtes, Joël Grare, percussions. Léonard, lui, sera sur la toile.

Et pour ceux qui n’auraient pas suivi, une précision : seule la musique est d’époque. Le film est de 1919…

Jeudi 21 mars à 19h30 aux Studios, rue des Ursulines à Tours.

Réservations aux cinémas Studio à partir du mercredi 6 mars 2019