Un Grand Cagibi pour un(e) Band of Gypsys
Rock mobile rend hommage à Jimi Hendrix

C’est un anniversaire que les fans – et les autres – ne peuvent pas manquer. Le 18 septembre 1970, Jimi Hendrix quittait définitivement la scène. Pour lui rendre hommage (et rappeler que le disque Band of Gypsys est sorti la même année), Rock Mobile chantera Jimi au Grand Cagibi de Tours vendredi prochain.

Pour certains (pour beaucoup), il est le plus grand. Johnny Allen Henndrix (son nom de naissance) ne fera pourtant qu’une carrière internationale de quelques années. Quatre ans, pour être précis, de 1966 à 1970. Au passage, il récoltera le surnom d’« Elvis noir », un succès phénoménal, et un moment historique, face à un demi-million de hippies en délire.

C’est à Woodstock, le 18 août 1969. Jimi est à l’unisson du public, c’est dire qu’il n’a pas respiré que l’air de la campagne. Il panique un peu, il bouffe sa guitare avec les dents et c’est comme ça qu’il va sortir un hymne américain d’anthologie. On devrait le jouer à Donald Trump pour s’en débarrasser. Arrêt cardiaque garanti.

Jimi dénonce la guerre au Viêt-Nam et fait son Apocalypse Now musical. On entend les bombes, les cris, les explosions. Historique, on vous dit. Son groupe s’appelle Gipsy Sons & Rainbows (la valse des « y » dans le nom est normale, et, finalement, on s’en fout).

Testament gitan

Tribute to Jimi Hendrix au Grand Cagibi de Tours.
L’album Band of Gypsys, légendaire, au minimum !

Un an plus tard, Jimi abuse une fois de trop des substances dites illicites. Il meurt le 18 septembre 1970. Quelques mois auparavant, il a enregistré un disque majeur, Band of Gypsys. Pour Woodstock, il faudra attendre trente ans pour que l’intégrale du concert soit éditée. Pour Band of Gypsys, c’est une forme de testament.

En 1969, peu avant Woodstock, Jimi a quitté le Jimi Hendrix Experience, son groupe d’origine (il y avait bien eu Jimmy James & The Blue Flames, mais on oublie) pour assembler Gipsy Sons & Rainbows, un nom officieux. Et un groupe qui n’existe que ponctuellement.

C’est avec lui qu’il va enregistrer le disque. Plus exactement, le disque sera enregistré en live, lors de quatre concerts donnés par la bande au Fillmore East le 31 décembre 1969 et le 1er janvier 1970. Hendrix improvise beaucoup. Mais le gaucher autodidacte a tout bon. Le disque sera un immense succès, démonstration qu’Éric Clapton avait raison quand il a vu en lui une révolution après l’avoir – imprudemment – accueilli sur scène.

Servi chaud

Tribute to Jimi Hendrix au Grand Cagibi de Tours
Il n’est pas gaucher (ni black), il ne bouffe pas sa guitare (faudra vérifier, tout de même) mais Aymeric Simon jouera Jimi Hendrix au Grand Cagibi le 18 septembre. (Photo DR)

Pour leur Tribute to Jimi Hendrix, vendredi 18 septembre au Grand Cagibi de Tours, le groupe Rock Mobile (remanié, pour ceux qui connaissent) se la jouera sans doute modeste mais totalement accro. Il est probable qu’Aymeric Simon (guitare et chant) et Guillaume Commençais (basse) ne laisseront pas leur dentier sur les cordes et que Thierry Guignard (batterie) ne bouffera pas ses baguettes, mais la soirée risque d’être chaude comme le soir où Jimi Hendrix a brûlé pour la première fois sa Stratocaster sur scène. On connaît les artistes et leurs prestations sont nourries à la qualité autant qu’à la passion. Si, si, croyez-nous, on a vérifié.

En prime, il sera possible de se régaler au sens épicurien du terme puisque le lieu ne se contente pas de servir le rock brûlant mais permet de dîner ou d’arroser la soirée. À distance prophylactique respectable, tout de même. On n’est pas à Woodstock.

Le cogneur de peaux s’appelle Thierry Guignard. (Photo DR)

Vendredi 18 septembre 2020 à 20h30 au Grand Cagibi à Tours (sur l’Île Aucard, 9, allée de la Fauvette)
Pour réserver sa place et éventuellement un repas, c’est à cette adresse : legrandcagibi@gmail.com