Mayra Andrade à l’Espace Malraux
Tous les chemins ramènent au Cap-Vert

Du fait de l’épidémie de Covid-19, le spectacle de Mayra Andrade
est annulé. Pour le moment, aucune date de report n’est annoncée.

Elle est cap-verdienne, née à Cuba, a exploré pas mal de pays, chante dans plusieurs langues et vient de s’offrir une transformation complète. Son nouvel album, Manga, – et sa tournée – sont nourris à l’afro-beat. Ça change (presque) tout, et c’est encore mieux qu’avant. Mayra Andrade sera à l’Espace Malraux le 24 mars 2020.

Mayra Andrade à l'Espace Malraux de Joué-lès-Tours
Mayra Andrade a mis de l’afro-beat dans son Cap-Vert. (Photo DR)

Une volonté de fer dans une voix de velours. Mayra Andrade aurait pu n’être que la nouvelle héritière de Cesaria Evora. Cap-verdienne, la saudade dans le sang et la chaleur dans la voix, elle a commencé à chanter à quatorze ans, juste après être revenue au pays, sur l’île de Santiago pour être précis. Parce qu’entre-temps, elle a suivi la famille à travers le monde, s’imprégnant au passage de rythmes divers, africains notamment.

Elle chante et sa voix est superbe. Délicate et solide. « Une chanteuse capiteuse, sur le fil d’une voix soyeuse » dit Télérama. Tranquillement, elle conduit sa carrière sans précipitation : « J’ai toujours su que ma carrière serait un marathon et pas un sprint » (Yard). Le marathon passe par Paris où elle chantera avec Charles Aznavour et travaillera avec Benjamin Violay ou Gilberto Gil. Entre beaucoup d’autres, tous plus talentueux les uns que les autres.

Mayra l’africaine

Elle enregistre, on la découvre, elle continue tranquillement, ne parvient pas vraiment à se libérer de son image cap-verdienne… et file s’installer à Lisbonne : « Cette ville m’a procuré le shoot de soleil et le brio créatif dont j’avais besoin » dit-elle. (Télérama) La nouvelle Mayra Andrade est née. Sur le terreau qu’elle pratique depuis le début, elle plante quelques nouveaux rythmes, récoltés ici et là en Afrique. Une révélation. La voix est toujours aussi belle (la chanteuse aussi, d’ailleurs), le tempérament est toujours là mais, pour employer un mot à la mode, « sublimé ».

Mayra Andrade à l'Espace Malraux de Joué-lès-Tours
Mayra Andrade, « sans filtre », sera à l’Espace Malraux dans le cadre du Festival Bruissements d’Elles. (Photo DR)

Manga, son dernier album, absorbe « les rythmes dub ou afrotrap concoctés par 2B et Akatché, deux jeunes beatmakers en vogue à Abidjan et Dakar. « Ils ont appris la musique à l’église et aujourd’hui ils produisent les gimmicks les plus efficaces du moment, tout en restant branchés sur la scène électro brésilienne… » (Télérama) Et c’est vrai que, sans se renier, la chanteuse s’envole, se libère, devient celle qui attendait d’éclore. Ses clips vont dans le même sens… et le public suit. « Mayra Andrade donne d’autres couleurs au Cap-Vert, elle le fait s’enjailler à l’Africaine, aguicheuse comme jamais » dit encore Télérama, qui a bien raison.

Cette nouvelle Mayra Andrade, « sans filtre » dit-elle, sera sur la scène de l’Espace Malraux dans le cadre du Festival Bruissements d’elles. En toute logique.

Mardi 24 mars 2020 (20h30) à l’Espace Malraux de Joué-lès-Tours.
Réserver en Touraine avec Entrée du Public ICI (mais il semble bien que ce soit presque complet…)
Vous pouvez aussi essayer ICI.
…et pour réserver ailleurs en France, c’est LÀ