Lisa Ekdahl à Joué-lès-Tours
Un jazz soft venu de Suède

La petite blonde venue du Nord mêle ballades, pop et jazz. Lisa Ekdahl est une drôle de personne et un bien joli talent. À découvrir le 28 mars 2019 à l’Espace Malraux de Joué-lès-Tours.

Lisa Ekdahl, entre acidulé et velours. (Photo DR)

Elle a une voix de petite fille que l’on attendrait plutôt du côté de l’Eurovision, dans une resucée de Poupée de cire, poupée de son. Mais Lisa Ekdahl a choisi le jazz, ce qui peut sembler surprenant. Ce n’est pas un univers où les voix acidulées et haut perchées se bousculent.

À première écoute, le timbre de la Suédoise agace un peu. Non, qu’il ne sonne pas juste mais le côté gazouillis irrite le tympan, comme dans Like Mermaids. Ce qu’on peut traduire ainsi, à propos d’un autre titre : « Court, doucement euphorique et profondément léger, Give Me That Slow Knowing Smile sonne comme la bande-son idéale des langueurs pré-estivales, des régimes amincissants et des salades tomates-mozza dégustées en terrasse avec les copains.» (Les Inrocks). Pas faux mais peut-être un peu sévère, au moins en ce qui concerne l’artiste. L’analyse est plus juste pour le titre, mais c’est autre chose. Car en écoutant mieux, on découvre une vraie chanteuse de jazz qui fera plus penser à Billie Holiday (parfois aux Andrew Sisters) qu’à France Gall…

Entre jazz et bossa-nova

La deuxième écoute convainc définitivement. La voix surprend en demeurant toujours maîtrisée, jamais forcée mais toujours présente, nuancée mais précise. Lisa Ekdhal chante le jazz du bout des lèvres mais ça file profond en vous et il sera bien difficile de l’en retirer. Lisa Ekdhal a inventé le jazz soft, qu’elle partage avec l’amour de la bossa-nova.

Conclusion simple et définitive : la Suédoise mérite sa réputation et la foultitude de récompenses qu’elle a récoltées ici et là… Et il ne faudra pas tarder à réserver son billet pour la croiser en France et à l’Espace Malraux de Joué-lès-Tours (voir en bas de cet article).

D’autant qu’elle est toujours bien accompagnée. Elle a notamment chanté avec Ibrahim Maalouf sur son dernier album. Sur scène, on retrouve l’excellent Peter Nordahl trio avec lequel elle travaille régulièrement. Peter Nordahl est aussi un compositeur réputé qui a même dirigé ses propres compositions avec plusieurs orchestres symphoniques. Avec lui, elle a enregistré deux albums, When did you leave Heaven et Back to earth.

Adoubée par Paris

Et dire que si elle s’était entendue avec Toni Holgersson, qui l’avait engagée pour faire les chœurs de son album, nous ne la connaîtrions pas ! La jeune chanteuse n’a pas fait l’album mais a été interceptée avant de claquer la porte par la maison de disques qui lui a proposé de réaliser son propre enregistrement.

C’est ensuite à Paris qu’elle a lancé sa carrière en chantant à La Villa de Saint-Germain-des-Prés, déjà avec le trio de Peter Nordhal, la ville devant lui offrir plus tard la consécration de l’Olympia. Elle avait dix-neuf ans et la capitale française l’a immédiatement adoubée. La tournée qu’elle fera en passant par Joué-les-Tours en 2019 devrait confirmer son couronnement, si l’on peut dire pour une demoiselle qui arbore généralement de jolis mais surprenants chapeaux…

Jeudi 28 mars 2019 à 20 heures à l’Espace Malraux de Joué-les-Tours

Pour réserver à l’Espace Malraux, c’est ICI…

…et pour réserver partout en France, c’est LÀ.

Vous voulez un disque, cliquez.