Lara Fabian « papillonnera » à Tours
Retour à tire-d’ailes en 2020

Elle devint star dans les années quatre-vingt-dix. Elle a raté – de peu – l’Eurovision, a conquis le monde et a eu des problèmes de santé. Lara Fabian avait disparu des écrans radar mais renaît aujourd’hui sous forme de papillon. Elle sera à Tours le 11 février 2020.

Lara Fabian Papillon
Lara Fabian, en tournée avec les titres de son album « Papillon » pour son « 50 World Tour ». (Photo 9 Production)

Il faut avoir un GPS sacrément bien calé pour suivre la vie de Lara Fabian. Naissance à Bruxelles, enfance en Italie (à l’ombre de l’Etna, maman est sicilienne). Papa est le guitariste de Petula Clark et propulse fifille devant un clavier de piano et sur les planches. C’est à Bruxelles qu’elle trouve un tremplin à 16 ans, à Luxembourg qu’elle est quatrième au Concours de l’Eurovision. Pas grave, d’une manière générale, les premiers font rarement carrière (si l’on excepte tout de même France Gall, Céline Dion et quelques autres).

Un point, c’est Tout

Entre frites et bières, elle chante dans les bars où elle rencontre son premier grand amour sentimentalo/professionnel, Rick Allisson. Les tourtereaux filent… vers le Québec, histoire de pondre un premier album, finement intitulé Lara Fabian (on ne se fatigue pas pour les titres dans le couple). Et hop, c’est le succès au pays des caribous. Pendant qu’elle y est, elle devient citoyenne canadienne.

Un deuxième album, Carpe Diem, et un troisième, Pure. Un titre traverse l’Atlantique et marche très fort en France et en Belgique, c’est Tout. Retour à la case départ pour un début de carrière – à succès, cela va de soi – européenne.

Au passage, la belgo/canadienne (Lara joue sur les deux passeports) récolte une Victoire de la musique qui lui permet de faire un duo avec Johnny Hallyday au Stade de France. On est en 1998.

Les albums se suivront avec autant de succès, jusqu’à atteindre une bonne douzaine de millions de ventes. Pas mal. Lara Fabian va même enregistrer des chansons de films, dont celle d’Artificial Intelligence, signé Spielberg. Lara est devenue vedette internationale, on la retrouvera aux Jeux asiatiques d’hiver et en Russie pour l’anniversaire de Mikhaïl Gorbatchev !

Métamorphose du papillon

Aïe, un problème d’oreillette entraîne des problèmes d’oreille. Parodiant Beethoven malgré elle, Lara Fabian devient sourde. Gênant. Mais réparé. Certains diront qu’elle criait trop fort (tout le monde n’appréciait pas son style). Aujourd’hui, Lara prend soin de son tympan et de celui des spectateurs. Elle pousse moins du gosier, ce qui donne un nouveau style, pop et soft : « C’est un album pop, contemporain, français. Ça fait du bien d’être dans son époque et de traduire par l’image, par le son et les textes quelque chose qui correspond à un état d’âme, un peu plus contemplatif peut-être, qui célèbre un peu plus la légèreté » dit-elle de sa dernière production.

Joli symbole, sa renaissance passe par un album (et une tournée) intitulé(es) Papillon : « Le papillon, c’est mon totem depuis que je suis toute petite. Ma grand-mère m’appelait farfalla, papillon en italien, donc c’est un animal qui m’a toujours suivi ». Nous, on aurait plutôt parlé d’insecte, mais on ne va pas chipoter.

Onze titres lépidoptériens signés Lara Fabian herself (parole et musique), qu’on retrouvera en tournée et à Tours en 2020, lors de son 50 World Tour, un chiffre qui ne cache rien de son âge. Quand on regarde la nouvelle Lara Fabian, on comprend qu’elle n’a rien à cacher, comme elle l’a montré sur certains papiers qui n’étaient glacés que de nom…

Mardi 11 février 2020 à 20h30, Centre de congrès Vinci à Tours

Réserver en Touraine avec Entrée du Public et FNAC Spectacles ICI

…et pour réserver ailleurs en France, c’est LÀ