Jean-Baptiste Guégan
Johnny, les yeux fermés

Il a une voix qui rappelle vraiment celle de Johnny Hallyday. Jean-Baptiste Guégan console les fans de la star disparue. Il sera à Tours le 12 octobre 2019.

Jean-Marie Guégan, le son de Johnny sans l’image. © Crédit photo Yann Etesse/photographies Jocelyn Morel

Avec son sens de l’humour (volontaire ?) bien connu, Johnny Hallyday aurait dit de son imitateur : « Il est de loin le plus près. » Ce qui s’appelle, en termes choisis, un oxymore. Voilà qui eût bien étonné le « taulier » si on le lui avait dit (désolé, depuis sa mort, tout le monde se doit l’appeler comme ça, même si la formule n’apparaissait pas des masses dans les gazettes de son vivant). Jojo n’étant plus là pour confirmer (et Laeticia s’en foutant comme de sa première villa à Saint-Barth), la légende restera gravée au fronton du CV de M. Jean-Baptiste Guégan, Breton, Trégueusien pour être précis, 35 ans, chanteur de profession dans les salles des fêtes locales et sur YouTube, discrètement dans les deux cas, jusqu’à ce que…

Photos sur la tombe de Johnny

Patatras. Notre Johnny national est mort. La France s’effondre, nous aussi (sincèrement). Jean-Baptiste pleure aussi, mais pas longtemps. D’abord parce qu’il a fait un carton sur l’émission de M6, La France a un incroyable talent. Et parce que les fans en deuil sont en manque. Du coup, son bout de vidéo YouTube encombre le Net et les producteurs son téléphone. Ben voyons.

Jean-Baptiste la joue modeste. Il est très malheureux, il ne voudrait pas en profiter mais on l’a poussé. Très fort. Un producteur bien connu pour son travail dans la nuance sort le chéquier et on passe des salles des fêtes aux grandes salles. Il lui paye même le voyage sur la tombe du chanteur. Avec photographe associé, normal. C’est bon ça, Coco, pour le dossier de presse.

On bosse un peu la voix, on bidouille la mise en scène, et ça marche. Ils sont des milliers à vouloir entendre encore leur Johnny disparu, quitte à fermer les yeux. Pourtant, on fait tout pour qu’ils les ouvrent : éclairages, choristes, musiciens (« Les meilleurs » dit la production). On fait du show Hallyday à la petite semaine, certes, mais à défaut de grive, on mange du merle chanteur.

Pendant ce temps, Jean-Baptiste insiste : c’est un hommage, pas une copie. Non, non, je ne suis pas Johnny, je ne cherche pas à l’imiter. Ah bon ? Pourtant, en voyant le comportement sur scène, on aurait bien dit.

La fusée et le petit cheval

Il a aussi un point commun avec son idole, Jean-Baptiste. Il enfile les clichés avec la constance de la batterie dans le Boléro de Ravel : « C’est la moitié de moi-même qui est partie. C’était mon père spirituel. […] Tout va un peu trop vite. J’ai du mal à réaliser. […] Je vais faire mon maximum pour le représenter, pour faire vivre ce mythe. » (Ouest-France) Mieux encore : « J’ai été propulsé comme une fusée Ariane dans l’espace. […] Avant, j’étais un petit cheval qui n’arrivait pas à passer les obstacles. Maintenant, je suis un cheval de course et je les franchis tous. «  (Le Télégramme). N’en jetez plus, la scène est pleine.

Les débuts du Breton chantant ont connu les salles de Pléneuf-Val-André, Cogolin ou Pornic. Aujourd’hui, il s’attaque aux mêmes salles – ou presque – que son idole. Soyons honnêtes, c’est vrai que sa voix est surprenante et ressemble à s’y presque méprendre à celle du vrai Johnny (Laurent Gerra ne se débrouille pas mal non plus…). Mais on peut s’interroger sur un tel succès quand on sait que Johnny Hallyday était un showman complet et que le personnage méritait autant d’attention que le chanteur. La voix sans le bonhomme, c’est une Harley sans ses roues, aurait dit Johnny.

Jean-Baptiste Gégan a commencé en chantant Johnny Hallyday dans des karaokés. Finalement, c’est ce qu’il propose à son public aujourd’hui.

Samedi 12 octobre 2019 à 20h30 au Palais des Congrès Vinci de Tours

Pour réserver à Tours, c’est ICI
Et pour réserver partout en France , c’est LÀ