Gospel pour 100 voix
Bousculade à la sortie de la messe

Normalement, le gospel se chante pendant les messes, noires américaines de préférence. Alors, quand on réunit une centaine de chanteurs pour le sortir de l’église où il a ses habitudes, ça se bouscule un peu au portillon. Gospel pour 100 voix s’entassera sur la scène du Vinci de Tours le 23 novembre 2019. Oh happy day !

Gospel pour 100 voix à Tours
Gospel pour 100 voix a connu la gloire avec Britain’s got talents. (Photo DR)

Le principe, c’est de réunir sur scène un max de chanteurs et de chanteuses déguisés en communiants pour convaincre le public, sinon de grimper au paradis ou sur les fauteuils, en tout cas de communier musicalement avec eux. Au départ, Gospel pour 100 voix était le rassemblement de chanteurs de toutes nationalités le 24 mai 1998 à l’occasion du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage en France. C’était au Palais des sports de Paris et l’on peut supposer que la centaine y était bien. Fin du premier épisode.

Certes, on était loin du gospel d’origine mais le cœur (et le chœur) y était. Quelque temps plus tard, en 2016, le groupe se retrouvait devant les caméras anglaises pour la version britannique de La France a un incroyable talent, Britain’s Got Talent en version originale. Gros succès et lancement sur les ondes mondiales, avec ventes d’album à faire pâlir d’envie toutes les dames patronnesses chargées de la quête le dimanche matin. Fin du deuxième épisode.

Cent voix ? Mouais…

Ensuite, c’est le tour du monde (on ne parle que de « World tour » pour The 100 Voices of Gospel) avec passage dans la région en 2017 (Romorantin ne s’en est pas remis) et retour le 23 novembre 2019 sur la scène du Centre de congrès Vinci de Tours. Au passage, la troupe s’est américanisée – ce qui tient de la logique pure – en oubliant son origine cosmopolite. Sur scène, on chante et on danse. Dans la salle, ce n’est pas mal aussi, même si l’on n’est pas forcément dans les transes de Harlem.

Bon, pour être honnête (sinon, il faudra aller se confesser), il n’est pas certain qu’il y ait vraiment la centaine annoncée sur les planches. Pas sûr non plus que les chorégraphies correspondent exactement à celles que l’on trouve dans la First Corinthian Baptist Church de Harlem ou la Brooklyn Tabernacle de Downtown mais, après tout, quand on a vu le révérend James Brown dans The Blues brothers, tout est possible…

Au public de décider s’il entre dans la danse. Dieu reconnaîtra les siens…

Samedi 23 novembre 2019 à 20h30 au Centre de Congrès Vinci de Tours
Réserver en Touraine avec Entrée du Public ICI
…et pour réserver ailleurs en France, c’est LÀ