Franck Dubosc
fait bientôt sa crise au Parc Expo

 

Retour au Franck Dubosc tendre et romantique avec Fifty/Fifty, une crise de la cinquantaine soignée par l’humour.

À force de répéter qu’il n’est pas le personnage frimeur qu’on voit en lui, Franck Dubosc a fini par convaincre. La transformation a commencé avec J’vous ai pas raconté, Romantique, Il était une fois… En s’éloignant du beauf hâbleur pour se tourner vers son passé (ou prétendu tel), Dubosc arborait une dose d’autodérision qui le rendait plus attachant.

Un petit retour tout de même au style bulldozer avec À l’état sauvage où Franck Dubosc (ré)endossait le costume du râleur, ce qui, dit-on, parle à beaucoup d’entre nous. « Tout m’emmerde », professait-il d’entrée avant d’entamer la litanie des contrariétés (le mot est faible…) quotidiennes.

Drôles de rencontres

Le tout avec un seul but : « Faire rire, et c’est tout. » Rigolade assurée, donc, pour peu que l’on ne soit pas bégueule. Le comique de Dubosc, c’est tout de même un peu (beaucoup ?) « pipi-caca ». Comme si l’autoproclamé playboy avait du mal à quitter la cour de récré de son enfance…

Cette cour se trouvait dans la banlieue de Rouen. Les premières armes de Franck Dubosc se font sur la scène de son collège. Il entre ensuite au conservatoire local où il rencontre Virginie Lemoine, Karyn Viard et Valérie Lemercier. Une troupe toute trouvée qui va présenter des sketches dans la région.

Mais c’est à Paris que Dubosc est choisi pour jouer au cinéma dans À nous les garçons de Michel Lang, en 1985. Il commence une carrière de comédien avant de revenir sur la scène des cafés-théâtres. On le verra avec Élie Semoun et Dieudonné, au temps où ce dernier n’avait pas dérapé et présentait des spectacles antiracistes !

Dubosc en équilibre instable

Le coup de colère s’est calmé. Si Franck Dubosc fait sa crise aujourd’hui, c’est celle de la cinquantaine. Un moment étrange d’équilibre instable, un Fifty/Fifty (c’est le nom du spectacle) pas toujours facile à vivre, un moment où l’on n’est plus tout jeune et pas encore trop vieux.

Si le rigolo que l’on connait continue à faire quelques blagues de potaches (il a débarqué dans le costume – très léger – de son personnage de Camping, Patrick Chirac, au mariage d’un de ses amis), il s’assagit dans Fifty/Fifty, glisse un peu de romantisme dans son show, attendrit avec son amour pour ses filles, raconte sa vie avec ironie… Ce qui n’empêche pas les vieux démons de revenir à la charge : grosse poilade quand la cinquantaine l’oblige à passer chez le proctologue, joliment qualifié « d’architecte d’intérieur ». On ne se refait pas.

Mais on sait aussi que derrière le frimeur de Camping, Franck Dubosc est un gentil garçon au service de son public, auquel il accorde volontiers rappels et rencontres. Rendez-vous est pris.

Mardi 5 mars 2019 au Parc Expo

Réserver avec Entrée du Public et la FNAC, ICI

Réserver sur toute la tournée, LÀ