Dreamhack, épisode 5
Le combat reprend à Tours en mai

Née modestement en Suède il y a exactement 25 ans, la DreamHack est devenue le plus grand festival au monde de loisirs numériques. Depuis cinq ans, Tours a été choisie comme étape française de sa tournée. Un rendez-vous à ne pas manquer pour tous les gamers de France et de Navarre. L’épisode 5 de la saga se déroulera à Tours du 17 au 19 mai 2019 . À vos claviers !

DreamHack Tours
Ils seront 1500 à participer à la Lan Party géante de la DreamHack Tours. (Photo DR)

La DreamHack de Tours comporte une énorme Lan Party – devenue la Free Gaming Area – et divers tournois. La première, ouverte à tous, recevait, lors des débuts tourangeaux, plus de mille joueurs sous la « casquette » du Vinci. Ce qui signifiait autant d’ordinateurs, des dizaines de kilomètres de câbles, des gigabits de bande passante et pas mal de térabits de débit.

Succès oblige, la DreamHack a déménagé en 2018. Le déménagement s’est fait dans la douleur, les câbles du nouveau lieu d’accueil, le grand hall du Parc Expo de Tours, ayant eu du mal à supporter l’enthousiasme électronique des participants. Pas mal d’habitués ont eu la nostalgie du Vinci…

On peut supposer, expérience oblige, qu’il n’en ira pas de même en 2019. Ils seront donc 1 500 à pouvoir s’inscrire – en se dépêchant… – pour la cinquième édition. En migrant du Centre des congrès au Parc Expo, la DreamHack a conquis un espace de 12 000 m² ! On respire. Un peu.

Une expo en plus

Venir à la DreamHack, c’est partir pour un voyage de trois jours dans un autre monde. À tel point que les organisateurs ont rédigé à destination des joueurs une liste de conseils pleine d’humour, petite cousine de celle qui accompagne les départs en colo : ne pas oublier sac de couchage (les joueurs doivent envisager de se reposer… de temps en temps), téléphone mobile (« Vos parents voudront savoir si vous avez bien dîné »), brosse à dents et serviettes de toilette (« Vous devez vous doucher. Ce n’est pas optionnel »)…

Venir en Cosplay pour soutenir son équipe fait partie des traditions de la DreamHack Tours. (Photo DR)
Venir en cosplay pour soutenir son équipe fait partie des traditions de la DreamHack Tours. (Photo DR)

Les inscriptions se font par le biais du site Internet de la DreamHack Tours. Dépêchez-vous de vérifier qu’il y a encore des places. À l’heure où nous mettons sous presse, on se précipite déjà sur les prises réseau…Le conseil vaut aussi pour le public. Les tournois se feront sur Rainbow Six Siege, League of Legends, Soulcalibur, HearthStone, OverWatch, BattleGrounds et Super Smash Bros Ultimate.

À côté des épreuves, une DreamExpo rassemble fabricants de matériels, éditeurs de logiciels et distributeurs. Les démonstrations sont continues et il est possible de tester soi-même les tout derniers produits. Les stands offrent de quoi fourbir ses armes électroniques, découvrir et acquérir des jeux (souvent tout frais sortis) à des tarifs DreamHack.

L’édition 2019 annonce donc (voir plus haut) les grands classiques (League of Legends, Hearthstone) et d’autres activités guerrières moins connues, ou en tout cas ignorées des plus jeunes, comme Soulcalibur. Une vadrouille saignante à travers le XVIe siècle, star des années 90 mais qui avait disparu, on ne dira pas « faute de combattants ». Le retour sur les écrans de la saga a conquis les fans.

Du grand spectacle sur grand(s) écrans(s)

Si la DreamHack est une épreuve sportive, elle est aussi un spectacle. Sous le Grand Hall, trois scènes sont installées. Elles peuvent recevoir 1 250, 700 et 350 spectateurs. Comme toujours, des écrans géants permettent de suivre les combats. Et le public ne se gêne pas pour encourager ses champions. Il est même plus qu’autorisé de venir en cosplay aux couleurs de son jeu préféré pour ajouter à l’ambiance !

Et pour ceux qui voudront un peu prendre l’air, la Fête foraine de Tours se tiendra en même temps que la DreamHack, juste à côté du Parc Expo. L’occasion de passer des frissons virtuels aux sensations réelles.

Vendredi 17, samedi 18 et dimanche 19 mai 2019 au Parc-Expo de Tours.

Pour plus d’infos ou s’inscrire, c’est ICI.