Pas de double whiskey
servi par les Danceperados of Ireland

Damn ! Même si Ryanair a promis de faire le ménage en grand dans ses avions, les  Desperados of Ireland on choisi de rester au sol.
La nouvelle (mauvaise pour les amateurs de whiskey et de danse du balais) vient de tomber : « Au vu des incertitudes induites par les dispositifs sécuritaires de libre circulation des personnes entre les différents États membres de l’Union Européenne dans l’objectif de faire face à la propagation du virus COVID-19,
ainsi que des doutes émis planant sur la réouverture des salles dans les mois à venir, nous avons le regret de vous annoncer l’annulation de la tournée 2020 – 2021 de
Danceperados of Ireland.« 
dit le communiqué officiel.

Tant pis, ils remettront leur tournée (sic) une autre fois, au pub du coin. D’ailleurs, ils le disent : « Nous nous nous réjouissons d’aller à votre rencontre, sur les routes de France, dès lors où les conditions sanitaires seront de retour à la normale, pour vous présenter ce formidable spectacle qui porte les couleurs de l’Irlande.
En attendant, nous vous souhaitons à toutes et tous de prendre soin de vous et de vos proches
. »

Il est possible de se faire rembourser ses billets
là où on les a achetés, jusqu’au 19 décembre.

Il pleut de la musique irlandaise sur la France avant autant de constance que les averses sur les côtes du Connemara, n’en déplaise à l’Office du tourisme de Galway. Le trèfle est à la mode, la Guinness aussi. La dernière troupe en date, les Danceperados (sic) of Ireland a joué du talon à l’Espace Malraux au printemps 2019. Un drôle de nom, plus exotique que gaélique. Pourtant, le spectacle revendique une authenticité aussi indiscutable que celle du whiskey. Et comme il va remettre sa tournée en novembre 2020, ceux qui l’ont loupé auront tout loisir de serattraper, aumême endroit.

On apprend de ces trucs ! Il paraît que certaines troupes de danse irlandaise font des claquettes en play-back ! Rien que ça. Fred Astaire va se retourner dans sa tombe. Des « fake tap dance  » dirait le sieur Trump sur Twitter entre deux parties de golf sur son green écossais. On ne sait plus à qui se fier.

Diable de whiskey

Mais rien de tel chez les Danceperados of Ireland, c’est juré. Il faudra tendre l’oreille lorsque la compagnie jouera du talon sur la scène de l’Espace Malraux pour vérifier. La troupe s’affirme traditionaliste pure et dure. Pas de chichis, on chante et on danse comme au pub, un soir de pluie (encore ?). Pas trop de monde sur scène (dix danseurs et danseuses, six musiciens) et un thème qui fait saliver : « Whiskey, you are the Devil. » Whiskey, avec un « e ». Les amateurs de malt distillé le savent, le whisky est écossais, le whiskey est irlandais. Ne pas confondre.

Le nom de la tournée est emprunté à une chanson traditionnelle, qui dit notamment : « Whiskey, tu es le diable, tu m’égares. (…) Ô whiskey, je t’aime, que je sois ivre ou sobre. » (traduction approximative après dégustation d’icelui). Mais le chorégraphe, qui a dansé dans d’autres groupes et a remporté la collection complète des récompenses au pays, insiste sur le fait qu’il ne faut pas y voir un goût immodéré des Irlandais pour la chose. Le whiskey est un symbole et c’est son histoire que le spectacle raconte.

La prohibition aussi

On démarre dans les pubs où le liquide permet d’oublier la pauvreté et l’occupation anglaise, on visite les États-Unis de la prohibition, on découvre quelques traditions locales. Le tout à grand renfort de claquements de talons et de danses, un manche à balais dans la colonne vertébrale et les mollets en délire. Qui n’a pas eu envie de danser en entendant un air de musique irlandaise doit consulter d’urgence un otorhino.

L’histoire ne dit pas si le whiskey et la Guinness (association obligée) couleront au bar de l’Espace Malraux le 19 novembre 2020 mais les amoureux des brumes apprécieront que les Danceperados reviennent à Joué-lès-Tours après leur passage d’avril 2019. Reste cependant un regret. Le nom du groupe pourrait laisser supposer que le whiskey peut être associé à une bière appréciée de Jacques Chirac. Ce serait une grave erreur. Désespérante.

Jeudi 19 novembre 2020, 20h30, à l’Espace Malraux

Réserver à Joué-lès-Tours ICI
Réservations sur toute la tournée, LÀ
Un petit coup d’œil sur le spectacle :

Et pour s’y croire vraiment, un jour où il ne pleut pas. Cramponnez-vous…