Non mais, t’as vu le tableau  ?
On ne confine pas l’imagination

L’imagination confinée n’ayant pas de limites (c’est là son moindre défaut), chaque jour de quarantaine apporte une idée nouvelle pour repousser les murs. Un coup de génie venant d’Amsterdam nous a époustouflés. Alors, on partage, comme l’ont fait les plus grands musées du monde, à commencer par le Getty Museum de New-York qui a lancé son propre concours.

Une colocation qui menace d’être étouffante, trois copines pleines d’humour et amatrices d’art, et une idée marrante à partager avec les potes qui devient phénomène mondial, ça donne un truc au nom imprononçable mais c’est génial.

Tableaux reconstitués
Arcimboldo n’avait rien Inventé…

Anneloes Officier a 31 ans. Amstellodamoise (si, si, on dit comme ça), elle a deux colocs, Floor de Weger et Tessa Kerman. Le trio ayant vu venir l’enfermement prophylactique avec un poil d’inquiétude et sans herbe locale réparatrice, Anneloes a eu l’idée de faire un concours de déguisements.

Le principe ? Reconstituer en trois dimensions des tableaux célèbres en utilisant les moyens du bord confiné. Pas con. Et les copines, en bonnes habitantes d’Amsterdam, ayant le goût de l’art dans les gènes, sont parties dans les placards à la recherche d’accessoires qui auraient sans doute surpris Rembrandt et Vermeer, c’est le moins que l’on puisse dire.

Tableaux reconstitués
Le sèche-linge devenu harpe…

Cimaises et fonds de tiroirs

On trouve le résultat à cette adresse : https://www.instagram.com/tussenkunstenquarantaine/
Ce qui, pour ceux qui parlent hollandais couramment, signifie Tussen Kunst & Quarantaine. En gros, « entre l’art et la quarantaine ». Puisque le résultat est sur Instagram, cela induit que nous ne vous donnons pas seulement l’occasion d’admirer les œuvres mais aussi un moyen de changer des puzzles et autres rediffusions de Louis de Funès en participant à l’aventure.

Tableaux reconstitués
… ou l’aspirateur comme punition divine, c’est le principe.

À la grande surprise des initiatrices – qui pensaient limiter le jeu à leurs copains et copines – non seulement l’idée a fait le tour du monde, mais elle a été relayée par les plus grands musées d’icelui (Ryjksmuseum, évidemment, mais aussi le Met, le Louvre, l’Hermitage, le Getty Museum…). Aujourd’hui, on se bouscule pour s’afficher sur Instagram, comme une balade dans ce musée pas du tout comme les autres vous le confirmera. Avertissement : à la manière du Louvre en pleine période touristique, il faut prendre soin temps face à la prolifération de tableaux pour tous les apprécier.

Tableaux reconstitués
L’art sans complexe, c’est le moins que l’on puisse dire…

Après, il suffira de vous y mettre. Pas besoin de connaître son histoire de l’art sur le bout du pinceau. Pas besoin non plus d’être un artiste raffiné. Nous, on adore les perruques en rouleaux de PQ, le chien devenu cheval, le rigolo rondouillard qui joue la Vénus de Botticelli sortant de sa coquille…

À vous de jouer, le confinement risque de durer… Ou Dürer, si vous préférez.

Le Getty fait sa copie

Si les musées du monde entier ont repris l’idée des copines d’Amsterdam, certains n’ont pas eu peur de carrément copier le concours. C’est notamment le cas avec le Getty Museum de New-York dont les « visiteurs » font aussi preuve d’une sacrée imagination pour son Getty Museum Challenge.

Getty Museum Challenge
L’Origine du monde, telle que Courbet n’a pas osé l’imaginer… (Photo Getty Museum Challenge)

Il fallait oser refaire L’Origine du monde de Courbet en patates ou de faire renaître La femme à l’ombrelle de Monet avec quelques bricoles (voir la photo).

 

 

Getty Museum Challenge
L’inspiration n’est pas qu’accessoires. (Photo Getty Museum Challenge)

On a gardé le meilleur pour la fin. Sur le même principe mais en « live ». Le défi : reconstituer un tableau en cinq minutes chrono. Génial !

 

Pour vous accrocher aux cimaises hollandaises, c’est ICI
Et pour jouer avec le Getty, c’est LÀ