Il y a du Piaf dans le jardin
Ling Chen chante à la Perraudière

Chinoise d’origine, Ling Chen a d’abord logiquement mis sa voix au service des chants traditionnels. Au Parc de la Perraudière de Saint-Cyr-sur-Loire, elle propose une version en mandarin des chansons d’Édith Piaf et quelques autres Échos surprenants le 5 mai 2019.

Ling Chen
Ling Chen chantera Piaf en mandarin lors de son concert au Parc de la Perraudière à Saint-Cyr-sur-Loire. (Photo DR)

Elle a découvert le chant un peu par hasard (et par besoin, dit-elle) et le hasard a bien fait les choses. Ling Chen, chinoise venue de Shanghai à Tours, a travaillé sa voix en suivant des cours de musique classique avant d’y ajouter le jazz. Entrée doucement dans la carrière (ce qui n’exclut pas un sacrée volonté…), elle a vite gagné ses galons et se produit désormais régulièrement.

Certes, la présence des chants traditionnels, voire de chants bouddhiste, dans ses programmes relève d’une certaine logique. Mais Ling n’est pas du genre à se cantonner (sans jeu de mots) sagement entre poteries calligraphiées et tasse de thé. Laissant le kimono au vestiaire elle est allée se promener dans des contrées très éloignées de la mer de Chine.

Un parfum de mandarine

Pour le spectacle qu’elle donnera le 5 mai dans le salon Ronsard du Parc de la Perraudière à Saint-Cyr-sur-Loire, Ling Chen s’attaque à un monument français, Édith Piaf soi-même. Il fallait oser, d’autant que l’interprète joue sur les deux sens du terme en traduisant elle-même les textes de la môme. Surprenant et certainement à ne pas manquer. La Vie en rose version mandarine, ça doit vous avoir un sacré parfum…

Piaf ne sera pas la seule à gazouiller dans les frondaisons ce jour-là. Ling Chen ressortira des chants traditionnels (et « populaires », dirait Mao) mais également du jazz des années soixante venu… de Hong-Kong. La dame trouve des Échos (nom du spectacle) là où on ne les entend pas. En confidence, elle révèle qu’un Ling Chen Trio de jazz est en formation. Il se consacrera surtout au jazz des années 30-40 à Shanghai.

La présence au programme de l’interprète de l’Accordéon imposera la présence d’un piano à bretelles dont « les petits boutons de nacre » seront manipulés par Guillaume Lucas.

Dimanche 5 mai 2019, salon Ronsard du Parc de la Perraudière à Saint-Cyr-sur-Loire

Réserver ses places avec Entrée du Public ICI