Don Quichotte à l’Opéra de Tours
Quand Jules fait la Manche

Le héros de Cervantès n’a pas épousé Dulcinée mais il a eu beaucoup d’enfants. Du cinéma au théâtre, en passant par la comédie musicale, le livre et la bande dessinée, Don Quichotte a beaucoup inspiré. Jules Massenet en a fait un opéra qui sera donné à Tours début mars.

Au commencement était Chaliapine. La basse la plus célèbre du monde, sans doute, version masculine de La Callas, niveau notoriété. Pour la voix c’est – tout – autre chose.

Donc, Chaliapine, Fédor de son prénom, sublime basse russe, interprète mythique de Boris Godounov, a ses habitudes à Monte-Carlo (à l’opéra, pas au casino, quoique…). On est au début du XXe siècle et le patron du lieu aimerait bien refaire le plein avec le monsieur. Reste à trouver un rôle et, si possible, l’opéra qui va avec.

Don Quichotte, traitement contre les rhumatismes

Don Quichotte de Massenet à l'Opéra de Tours
Nicolas Cavallier, qui chantera Don Quichotte à Tours, à aussi endossé l’armure de « l’Homme de la Mancha » de Jacques Brel. (Photo Stephan Flamant)

C’est Jules Massenet qui va s’y coller. Avec passion, au point de mettre de côté son travail en route, le futur Bacchus. Il attaque Don Quichotte en 1908 depuis son lit, où de sévères rhumatismes l’ont cloué. De là à penser qu’il se soit plus ou moins identifié au personnage du vieux chevalier, il n’y a pas loin, d’autant qu’il dit lui-même que la composition de l’opéra a agi comme « un baume apaisant ». L’opéra remboursé par la sécu ? Le 19 février 1910, Don Quichotte/Chaliapine entre en scène à Monte-Carlo.

Massenet ne décalque pas directement l’original mais une pièce qui en est inspirée, Le Chevalier de la Longue-Figure de Jacques Le Lorrain. L’avantage, c’est que Dulcinée y a un rôle plus important que chez Cervantès. Voilà notre soprano en scène.

Don Quichotte de Massenet à l'Opéra de Tours
À Seattle, c’est dans le rôle signé Massenet que Nicolas Cavallier a de nouveau enfourché Rossinante. (Photo Rozanii)

Nous ne ferons pas l’injure à nos visiteurs de rappeler l’histoire. Chez Massenet (livret d’Henri Cain), elle commence à la porte de Dulcinée, cocotte dont les charmes semblent bien être tarifés. Elle lance un défi au chevalier qui va entraîner le malheureux soupirant chez des bandits, voleurs d’un collier appartenant à la belle.

Quelques péripéties et romances plus tard, mais sans avoir échappé aux moulins, Don Quichotte meurt dans les bras de Sancho, appuyé contre un arbre (pas sûr qu’il y soit à Tours…), la lance à la main, comme Cyrano avec son épée. Il offre une île promise à son valet et croit voir Dulcinée : « Avec l’astre éclatant elle s’est confondue… ». Tout le monde peut se tromper. Sortez vos mouchoirs.

Il y a Quichotte et Quichotte

L’opéra compte cinq actes courts. Présenté à Tours les 6, 8 et 10 mars, c’est une co-production avec l’opéra de Toulouse, qui l’a programmée en janvier 2020, dans une mise en scène de Louis Désiré.

Don Quichotte de Massenet à l'Opéra de Tours
La Mise en scène de Don Quichotte a été créée à Toulouse, avec une autre distribution. (Photo Cyrille Cauvet)

À Tours, c’est le bien nommé Nicolas Cavallier (baryton-basse) qui endossera le rôle-titre, comme il l’a déjà fait sur d’autres scènes, dont celle de Seattle où il a ses habitudes (il y a chanté Les Noces de Figaro). Un personnage qu’il a aussi connu… dans la version de Jacques Brel, L’Homme de la Mancha !

Don Quichotte de Massenet à l'Opéra de Tours
Julie Robard-Gendre, qui sera Dulcinée, a chanté Siebel dans un Faust présenté à Tours. (Photo DR)

Dulcinée sera interprétée par Julie Robard-Gendre (une Belle Hélène déjà entendue à Tours dans le rôle de Siebel de Faust) et le rôle de Sancho reviendra à Pierre-Yves Pruvot (baryton).

Pierre-Yves Pruvot
Pierre-Yves Pruvot, que lon voit ici dans Parsifal, sera le pauvre Sancho. Photo Nikolaï Schuloff)

La direction d’orchestre sera confiée au jeune chef Gwennolé Rufet, révélation Chef d’orchestre de l’ADAMI et lauréat du concours de jeunes chefs de l’Orchestre National d’Île-de-France.

Vendredi 6 mars 2020 à 20 heures, dimanche 8 mars à 15 heures, et mardi 10 mars à 20 heures.
Réservez ICI, s’il reste des places…