Inès 1943 à Vaugarni
La chanson de maquis

Qu’aurions-nous fait à leur place ? La question lancinante de ceux qui « n’étaient pas là », qui n’ont pas eu à choisir entre collaborer, fermer yeux et oreilles ou résister. Qu’aurions-nous fait si nous avions été des ados de vingt ans ou de jeunes parents lorsque l’Occupation, avec un « O » majuscule a commencé ? À travers son travail théâtral, François Godard n’apporte pas de réponse. Il regarde, tente de comprendre, montre comment on a pu choisir de « mourir pour des idées », comme le déplorait Brassens. Dimanche 13 octobre à la Grange-Théâtre de Vaugarni, il dira et chantera Inès 1943.

 

Communiqué(s)

Le spectacle, vu par François Godard, auteur et interprète.

François Godard à Vaugarny. Photo Ricardo Exteves
Avoir vingt ans dans la résistance… François Godard et compagnie, photo Ricardo Exteves.

Nos héros vénérables de la Résistance étaient des mômes. […] Ils combattaient, ils connaissaient les risques, mais ils avaient 20 ans et ils rêvaient d’amour et de poésie. Et pour les plus vieux d’entre eux, entre armes et faux papiers, ils devaient aussi s’occuper de tout petits. C’est cette quête d’un monde plus jeune dont il est question ici : un petit monde enfantin de chansons et de jeux, un immense monde adolescent de rêve, de poésie et de politique, seuls remparts contre la mort et la destruction qui étaient à l’œuvre autour d’eux.

L’histoire d’Inès (et de Léon)…

En 1943, Inès et Léon créent leur maquis dans le sud-ouest, avec les paysans du coin et les guérilleros espagnols exilés. Entre deux combats, Inès, la tireuse d’élite andalouse, donne naissance à Joseph, et elle invente une nouvelle vie pétrie de secret et d’humanité, où la beauté tient tête à la mort chaque jour.

Rien n’est caché de la violence extrême de l’époque, mais le sujet n’est pas là. […] Ce que nous allons chercher à raconter, c’est plutôt le début du baby-boom en pleine bataille de Stalingrad, l’invraisemblable confiance en la vie qui animait des gamins de 20 ans pour leur faire combattre, le sourire aux lèvres et la poésie dans la tête, un ensemble d’idéologies – nazisme, fascisme, pétainisme – dont les échos terrifiants ne sont pas si lointains.

[…] L’auteur invite ouvertement le public à se questionner autour du Programme du Conseil National de la Résistance et de son actualité troublante. Mais surtout, l’enfance vient bouleverser le récit à la moindre occasion : l’armée des marmots braillards déborde des souvenirs de l’auteur, elle chamboule sa place de père et ses envies de combat, elle grimpe sur les genoux des Résistants pour se faire raconter des histoires, elle répond par le jeu aux « petites croix » bien réelles qui marquent la mémoire des combattants de l’ombre.

La vie, quoi…

…et le pourquoi des choses

François Godard à Vaugarny. Photo Ricardo Exteves
Ami, entends-tu… ? La résistance dans le regard de la jeunesse. (Photo Ricardo Exteves)

Où est la limite? À quel moment bascule-t-on de la colère et de l’indignation, à la résistance?

Depuis plus de dix ans, François Godard a construit inlassablement son travail d’auteur et d’interprète autour de cette question, s’inventant une généalogie rêvée à partir de son histoire personnelle et à l’occasion de sept moments historiques qui ont marqué la France des 100 dernières années, des mutineries de 1917 aux attentats de 2015, en passant par les premiers congés payés, la Guerre d’Algérie ou l’utopie du mouvement Emmaüs…

[…] François Godard pose la question de notre capacité à (ré)agir face aux événements qui nous traversent, et explore avec ses histoires à hauteur d’homme notre rapport profond à la liberté et à la soumission. […]

Furieusement d’actualité ?

 

Dimanche 13 octobre à 16h30, Grange-Théâtre de Vaugarni, à Pont-de-Ruan (indre-et-Loire)
Réservations au 02 47 73 24 74
Pour en savoir plus sur le lieu et sa programmation, c’est ICI
Et pour en savoir plus sur le cycle Résistances, c’est LÀ