Camille Lellouche à Joué-lès-Tours
Pâté de têtes sauce piquante

D’un plateau à l’autre, Camille Lellouche a abandonné celui de la serveuse pour ceux des salles où elle se produit, après un passage à The Voice. Itinéraire d’une enfant déjantée qui sera à l’Espace Malraux le 27 avril 2019.

Camille.Lellouche.05.BDX
Camille Lellouche fait participer le public, comme ici à Bordeaux (Photo DR)

Elle crie, fait des grimaces, se contorsionne, joue de la musique, chante… Pour les deux dernières caractéristiques, il y a une certaine logique. Camille Lellouche a appris le piano à quatre ans, puis l’alto (un gros violon, pour faire simple). Pour le reste, il faudrait demander à ses parents.

Car la jolie brune n’hésite pas à se déformer le visage (ou à le barbouiller de maquillage mal maîtrisé, comme une gamine qui aurait piqué le rouge à lèvres de sa maman) et à se faire une collection de têtes pas toujours à son avantage. C’est d’ailleurs comme ça qu’on l’a vue à Quotidien, dans Face Cam, des pastilles vidéo où elle se transformait en divers personnages. Elle avait aussi fait un passage chez Hanouna, vite fait. Passons.

En marches… à Cannes

Au début, comme elle veut chanter, elle tourne dans les piano-bars. Et puis elle veut devenir comédienne et prend des cours de théâtre. Cela lui vaudra quelques petits rôles. Dans de bons films tout de même. Récompense : elle monte les marches à Cannes avec l’équipe de Grand Central. La réalisatrice, Rebecca Zlotowski, l’a repérée dans une brasserie où Camille Lellouche (rien à voir avec le Gilles du même nom) boucle ses fins de mois. On se demande comment elle se comportait avec la clientèle…

Mais elle aime toujours chanter (pas mal, d’ailleurs). Et la voilà sur la scène de The Voice, où elle interprète Stromae et arrive en demi-finale. Mais pas question pour autant de faire une carrière de chanteuse. La bougeotte ne l’a pas quittée. Sur YouTube, évidemment, elle continue à faire le guignol pour 120 000 abonnés. Des sketches qui vont devenir un spectacle, puis un autre, Camille en vrai.

No limit

Camille Lellouche adopte le style à la mode. « No limit », trash, provocateur. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle ne fait pas dans la délicatesse. La vulgarité élevée au rang des beaux-arts, ça n’est pas du (mauvais) goût de tout le monde. Certains s’esclaffent quand elle enregistre une vidéo dans les toilettes du TGV pour se plaindre de la qualité du papier (avec détails à l’appui), d’autres la trouvent vulgaire.

Au public d’en juger à l’Espace Malraux et en tournée avec Camille en vrai. Mais ce qui est sûr, c’est que la demoiselle a un sacré talent de transformiste !

Samedi 27 avril 2019, 20h30, à l’Espace Malraux de Joué-lès-Tours.

Réserver en Touraine avec Entrée du Public et FNAC Spectacles ICI
…et pour réserver ailleurs en France, c’est LÀ