Michel Portal à l’Espace Malraux
de Joué-lès-Tours
Le touche-à-tout magnifique

Dernière mise à jour le 31 janvier 2022

Musicien classique, jazzmen, explorateur de sons nouveaux, Michel Portal sera à l’Espace Malraux de Joué-lès-Tours en janvier 2022 en quintet. Et le gamin de quatre-vingt-cinq ans risque de surprendre encore une fois.

Portal (Michel), né le 27 novembre 1935 à Bayonne (France) : musicien de jazz français (clarinette, saxophone et bandonéon). Son grand-père était chef de fanfare, dans laquelle il a joué lui-même. A joué avec les plus grands artistes, d’Anthony Braxton à François Jeanneau, de Daniel Humair à Aldo Romano, d’Eddy Louis à Didier Lockwood… Fut l’un des premiers à s’intéresser au free jazz quand il est apparu en France dans les années soixante.

Portal (Michel) : musicien classique français, clarinettiste, premier prix du Conservatoire de Paris. A enregistré les sonates de Brahms et un concerto de Mozart mais s’est surtout intéressé à la musique contemporaine (Pierre Boulez, Luciano Berio, Mauricio Kagel, Karlheinz Stockhausen…). A été membre de l’ensemble Musique vivante de Diego Masson.

De la Libération au jazz en liberté

Portal, côté classique…

On pourrait continuer comme ça longtemps. Parce que Michel Portal est aussi compositeur de musiques de films (deux césars pour Le retour de Marin Guerre et Les Cavaliers de l’orage, entre autres), accessoirement comédien (à l’instar des apparitions d’Alfred Hitchcock, on peut chercher ses « caméos » dans une tripotée de productions), musicien de variétés (il a accompagné plusieurs vedettes du showbizz – dont Barbara et Claude Nougaro – et… les danseuses du Lido et des Folies Bergères !)

Michel Portal Quintet à Joué-lès-Tours
Un gamin toujours à la recherche de sons nouveaux (Photo DR)

« Protée, c’est déjà lui : plusieurs artistes en un seul, un seul homme sous diverses apparences. Faut-il voir dans ces appartenances toujours transitoires la clé de l’anxiété radicale qui le sous-tend, humainement et musicalement ? » (Lucien Malson, cité par l’Encyclopédie Universalis). Pour l’image, c’est évident. Pour l’origine anxieuse et radicale, nous n’avons pas la réponse. Quoique…

La peur, il l’a sans doute connue lors de l’occupation allemande, quand il était enfant. Mais c’est peut-être aussi cela qui a formé une oreille ouverte à tous les sons, lorsqu’il écoutait la BBC noyée dans le brouillage : « C’était il y a plus de 70 ans. Je me souviens de la manivelle, tous les sons m’interpellaient dans ce demi-silence de la peur. Et puis les Américains sont arrivés. » (Le Temps). Des sons bizarres durant la guerre et le jazz à la libération. Plus tard, Portal expérimentera un mélange du même genre avec ses complices compositeurs, ce qu’il appelle des « situations d’improvisations non préconçues ».

Ne pas se répéter

Une ouverture d’esprit qui lui permet d’improviser dans le jazz. Mais si Michel Portal est l’un des plus grands musiciens contemporains, il est toujours (trop) modeste : « J’ai toujours dit que je ne voulais pas jouer comme Charlie Parker ou Coleman Hawkins. C’est ridicule. Je n’en suis pas capable. Pour être futuriste, il faut avoir une liberté incroyable. » (Le Temps) Voire…

Trop modeste, sûrement, mais peut-être vraiment toujours inquiet : « Quand on joue un concerto de Mozart et que deux jours après on fait du jazz, on se retrouve dans des situations très anxiogènes. » (France-Musique) C’est bien d’être inquiet. Ça incite à toujours faire mieux et, de ce côté-là, Portal est un champion, même si ça fatigue : « Il est éreintant de ne pas se répéter. » (Le Temps)

Pendant dix ans, côté jazz, il ne risquait pas de se répéter puisqu’il avait disparu des studios pour se consacrer à la musique classique (façon de parler, disons plutôt classique et contemporaine). Et voilà qu’après une retraite supplémentaire due au confinement, il réapparaît avec un disque, labellisé MP85 pour « Michel Portal 85 ans. Parce que le jeune homme (il n’arrive pas à croire qu’il a quatre-vingt-cinq ans) a compris que l’ambiance n’était pas à l’agitation en ce moment, il a voulu en sortir une disque « romantique ». Amoureux de la musique et romantique en prime, quoi.

Retour en studio (qui lui fait peur, dit-il) après préparation à domicile. Il retrouve ses complices : «  Moi, je suis Basque, lui (Bojan Z) il est Serbe, l’autre (le tromboniste Nils Wogram) Allemand, l’autre encore (le batteur Lander Gyselinck) Belge. Chevillon (Bruno, contrebassiste), il est du Sud » Pour ceux qui auraient envie de se lancer dans le serbe, précisons que Bojan Z s’appelle en réalité Bojan Zulfikarpašić. On comprend mieux le raccourci.

Michel Portal Quintet à Joué-lès-Tours
Michel Portal et Jordan Z, complicité et complémentarité. (Photo DR)

Donc, c’est ce quintet que l’on retrouvera sur la scène de l’espace Malraux (en « co-invitation avec Le Petit Faucheux), tout frais sorti du studio. Il jouera MP85, mais on aura compris qu’il n’est pas question de répéter le disque à la note près, ce serait antinomique, pour ne pas dire iconoclaste. Mais l’esprit sera là : «  Ennemi de toute routine, Michel Portal prend soin de son imprévisibilité comme un astronaute de son oxygène. » (Louis-Julien Nicolaou – Télérama). On est bien d’accord. Portal, Pesquet du jazz ?

Ce sera donc une soirée surprise, avec un Portal heureux («  Quand j’écoute mes nouveaux morceaux, je suis content. J’y entends de la vie, de l’espoir. Quelque chose que je recherche depuis très longtemps. » – France Culture), un Jordan Z qui prend parfois son piano pour un instrument de percussion, et les autres, parfaits, comme le chef.

C’est tout frais et c’est aussi avec le pianiste serbe Bojan Z et c’est vachement beau…

Attendez-vous donc à «  des compositions d’une rare finesse » dont vous pouvez avoir un aperçu dans la vidéo que nous vous offrons, enregistrée à la Maison de la culture d’Amiens. Mais on vous a prévenus : une soirée avec Michel Portal n’est, chaque fois, ni tout-à-fait la même, ni tout-à-fait une autre, comme aurait dit l’ami Paul… 

Et, pour vous faire plaisir, la très belle interview de Michel Portal par Arnaud Robert pour Le Temps est ici

À l’Espace Malraux de Joué-lès-Tours le mercredi 19 janvier 2022 à 20h30. Attention, c’est presque complet !

Réserver à Tours ICI (1)

(1) Les suggestions de réservations données par Entrée du public ne sont que des informations destinées à aider nos lecteurs en les dirigeant vers des points de vente susceptibles de fournir les places correspondant à l’article publié.
D’autres possibilités existent, évidemment.
Entrée du public n’effectue aucune vente de billets par lui-même. Pour toute information concernant les places réservées (modifications, annulations…) vous devez vous retourner vers le vendeur auprès duquel vous avez pris vos places.