Beaucoup de monde en vue
sur le Boulevard des Airs

Sylvain Duthu et Florent Dasque, BDA – Boulevard des Airs (Photo Cédric Nöt)

Ils font partie de ces groupes qui remplissent les salles un an à l’avance. Pas de temps à perdre, donc, si l’on veut se balader sur le Boulevard des Airs en décembre… 2019 !

Bizarre, bizarre… On a beau chercher, on ne trouve pas de Danse avec les stars, de Voice et autres télé-crochets cathodiques dans leur biographie. Les Tarbais de Boulevard des airs auraient-ils suivi la voie de leurs aînés, celle qui consiste à convaincre sur scène et sur disque ? Voilà qui les rend, déjà, intéressants.

Les membres du groupe se sont, pour la plupart, connus au lycée. Une bande de potes qui fait de la musique sans trop y croire au début, en 2004 : « Le premier album était hyper spontané, on n’a même pas réfléchi à ce qu’on faisait. On pensait même pas en faire un album en fait. On s’était beaucoup inspiré de choses qu’on écoute moins aujourd’hui. » dit l’un des leaders, Sylvain Duthu (Vacarm.net)

Inspirés par Delerm

Un coup de YouTube par-ci (40 millions de vues !), quelques passages radio par-là, et c’est le succès. Paris-Buenos Aires décolle. Boulevard des Airs pointe son nez dans les charts. Le nom a été choisi à partir d’un titre de Vincent Delerm, Un soir Boulevard Voltaire.

Ils récoltent un double disque de platine avec Bruxelles et sont repérés par les Victoires de la Musique : « On a du mal à y croire. Ce n’était pas prévu, c’est rigolo et ça rend un peu fier, aussi ! Quand on écrit tout seul chez nous et que l’on peut toucher les gens, ça fait plaisir. » (Virgin Radio)

Et c’est reparti avec Je me dis que toi aussi. « Toucher les gens », cela veut dire que, si Boulevard des Airs manie toutes sortes de musique (du zouk aux airs venus du Sud en passant par la chanson française classique, une multiplicité qui déroute certains et séduit la plupart), il est aussi éclectique dans ses textes, dont plusieurs n’ont pas peur d’être très sérieux : « Je Me Dis que Toi aussi, ça pourrait être tout le monde, c’est justement ça qui est beau. On accompagne une génération, on vit… on continue de raconter nos vies, même si ce n’est pas évident. C’est un vrai moyen d’expression » dit Sylvain Duthu (Virgin Radio). Et aussi : « Quand on se livre avec sincérité, on se rend compte qu’on n’est pas seul et que cela résonne fort chez les gens. » (FranceTvInfo)

Une fille chez les garçons

Organisé autour du noyau tarbais, le groupe est tout de même à géométrie variable. Le saxo est parti, le pianiste a changé et une femme s’est glissée dans l’album et sur la scène : « Florent a rencontré Mélissa à un concert de flamenco. Ils ont dans la foulée enregistré Si je m’endors mon amour. Mélissa a finalement rejoint le groupe. » (Vosges Matin)

Ils seront donc neuf (si ça ne change pas d’ici-là…) sur la scène du Parc Expo de Tours le 14 décembre 2019. Un spectacle qu’ils abordent comme une épreuve sportive : « Les concerts, c’est hyper physique, c’est important de se préparer et de ne pas faire n’importe quoi. Si t’as cinq concerts en cinq jours, tu ne peux pas te permettre de ne pas savoir comment ton corps va réagir. Du coup on fait attention à ce qu’on mange aussi ! »

Une épreuve sportive aussi pour les fans qui ont intérêt à sprinter pour réserver leurs places. À peine ouvertes, les locations ont fait le plein dans plusieurs villes. Il reste encore des places pour aller voir Boulevard des Airs au Parc-Expo de Tours. Pour aller plus vite, il suffit de cliquer sur le lien ci-dessous.

Samedi 14 décembre 2019 au Parc Expo de Tours

Réservez en Touraine avec Entrée du Public et FNAC Spectacles
Réservez partout en France ICI