Au Musée de Tours
La joyeuse Touraine de M. de Balzac

On a découvert Balzac en trois dimensions avec la première exposition de l’année (1) sur le sujet au Musée des Beaux-Arts de Tours, Monumental Balzac. Cette fois c’est surtout en deux dimensions que le géant de Saché va s’exposer. Du 8 novembre 2019 au 20 février 2020, Balzac et sa joyeuse Touraine seront à l’affiche.

Balzac Musée de Tours
Les statues évoquant l’univers de M. de Balzac vont céder la place aux joyeusetés d’icelui. (Photo Musée des Beaux-Arts de Tours)

Communiqué

Après l’exposition Monumental Balzac dédiée à la statuaire de l’illustre écrivain la Bibliothèque municipale présente au musée des Beaux-Arts de Tours une nouvelle exposition consacrée aux rapports entre Balzac et la Touraine.

À travers une sélection de documents issus des collections précieuses de la Bibliothèque (épreuves corrigées du roman Béatrix, correspondances, éditions originales ou bibliophiliques), mais aussi quelques documents prestigieux prêtés par le Musée Balzac de Saché (épreuves corrigées du Lys dans la vallée, correspondances) et la Bibliothèque nationale de France (manuscrit d’Une Ténébreuse affaire), le public découvrira les rapports que l’écrivain a entretenus tout au long de sa vie avec sa province d’origine et la manière dont il la met en scène dans son œuvre. Du Lys dans la vallée aux Contes drolatiques et au Curé de Tours, Balzac décrit des paysages ou des caractères dans des pages où le réalisme côtoie la transfiguration fantasmée.

Balzac reporter

Balzac Musée de Tours
Malgré son air sérieux, Honoré de Balzac savait aussi manier la caricature. (Photo Musée des Beaux-Arts de Tours)

À une époque où le vandalisme produit des ravages, le regard qu’il porte sur le patrimoine architectural témoigne de la prise de conscience de la fragilité de ces monuments et de la nécessité de les protéger. Balzac dresse le portrait de grands personnages de l’histoire de France étroitement associés à la Touraine ou au Val de Loire : Louis XI (Maître Cornélius) et Catherine de Médicis (Sur Catherine de Médicis).

Il trouve également son inspiration dans des affaires qui ont marqué de son vivant la chronique judiciaire et politique, aussi bien locale que nationale : l’enlèvement du sénateur d’Indre-et-Loire Clément de Ris (1800) dans Une ténébreuse affaire et l’assassinat de l’écrivain Paul-Louis Courier (1827) dans Les Paysans.

(1) Diverses animations autour de Balzac (parfois un peu éloignées, tout de même, comme un funambule au-dessus de la Loire, même si les organisateurs n’ont pas eu peur d’appeler la prestation Balzac ou L’art de l’équilibre…) ont été organisées durant l’année. Pour en savoir plus sur les festivités balzaciennes de la ville, cliquez ICI.

Honorer Balzac (sic), c’est sans doute une manière pour l’édile local en chef de récupérer l’image du bonhomme à son profit (et de faire un pied de nez à la Région – de tendance différente, les politiques sont de grands enfants… – qui célèbre, à juste titre cette fois, Léonard de Vinci, pour le 500e anniversaire de sa mort…).

Pourquoi fêter le 220e anniversaire de la naissance de Balzac plutôt que le 225e ou le 200e, sinon pour en faire un argument de campagne électorale ? Quoi qu’il en soit, il sera bon de se méfier des Illusions perdues

Du 8 novembre 2019 au 20 février 2020 au Musée des Beaux-Arts de Tours

Plus d’infos ICI