Il emmène Aimée en tournée
Julien Doré rêve d’un autre monde

Touché par la grâce écologique, bon fils et bon petit-fils, Julien Doré sort un album tout rose et l’emmène en tournée. C’est Aimée, c’est plutôt réussi, et puisque le chanteur baladera sa crinière léonine à Tours en janvier 2022, ce serait une bonne idée d’aller l’écouter sur scène.

Il faut bien le dire, dans ses débuts, Julien Doré faisait plutôt dans la provoc’ à deux balles. D’abord en changeant son nom pour un Julian Goldy plutôt ringard, ensuite en appelant ses groupes de jeunesse « Dig Up Elvis » (« Déterrez Elvis ») et « The Jean d’Ormesson Disco Suicide ». Il fallait oser. D’ailleurs, le nom des deux groupes l’accompagne toujours sous forme de tatouages.

Comme le raconte l’Obs, il a même été diffusé en 2006 pour le première fois de sa vie par Cauet sur Fun radio avec un titre, Je vais t’enculer qui, comme le constate le magazine, « n’a semble-t-il pas trouvé son public ». Tant mieux.

Julien Doré à Tours en 2022
Look écolo pour le Julien Doré en quête de maturité. (Photo DR)

Mais Julien Doré n’a peur de rien, surtout pas du ridicule. Et c’est comme ça qu’il a forcé en 2007 la porte de Nouvelle star, un ukulélé à la main. Venu surtout pour faire de la pub pour ses groupes, il va franchir les étapes et comprendre qu’un peu de sérieux peut le servir. Ses dernières prestations sur le plateau mettent en valeur sa voix et ses capacités d’adaptateur, ne serait-ce qu’avec Lolita, emprunté à Alizée. Et il gagne.

Des armures chelous

Il sort son premier album, Ersatz, l’année suivante (300 000 ventes) et le deuxième (Bichon), un an plus tard. Les amateurs voient dans Erstaz une référence à Serge Gainsbourg, ce que confirme la présence d’un titre du grand Serge, SS in Uruguay. Le troisième, Løve (prononcez « louve »), dont la tournée éponyme l’a déjà conduit à Tours, lui permet de s’affirmer véritablement. Si ses textes reflètent parfois un personnage un brin pontifiant, ils ont pris une incontestable maturité. Ses musiques, souvent confidentielles, sont à l’unisson.

Julien Doré reconnaît son évolution dès 2013 : après Nouvelle star, dit-il, « j’étais à la fois émerveillé, amusé et terrorisé, je me suis créé des armures chelous, j’étais un peu hystérique » (Libération). Ce qui implique de travailler un look à la Jésus-Christ et d’exhiber des tatouages où l’on découvre le nom de Marcel Duchamp. Julien Doré se dit descendant de l’illustrateur Gustave Doré (c’est discuté) et il a été élève des Beaux-arts.

L’amour d’Aimée

Julien Doré à Tours en 2022
Un vieux château, des enfants et quelques pingouins pour le clip de Barracuda, que vous trouverez plus bas… (Photo DR)

Le temps a passé, c’est la loi. Doré fait toujours se pâmer les minettes mais il prend du recul. Son dernier album, qu’il chantera sur scène avec passage en Touraine le 29 janvier… 2022 (nous écrivons à la fin de l’été masqué 2020, ce qui laisse le temps de passer par la case location !) le dit d’entrée : «  Je ne veux plus écrire les peines que le féminin m’a fait » chante-t-il dans La fièvre. On suppose qu’il ne s’agit pas des règles de la nouvelle orthographe.

On comprend aussi que la question de l’écologie le préoccupe. À la manière de Téléphone, il est à la recherche d’un autre monde, où la terre serait ronde (dans la chanson, il confirme : elle l’est). Le clip, toujours sympa et moucheté de sourires (c’est l’habitude avec Julien il sait toujours garder un peu d’humour pour parler des choses sérieuses), va dans le même sens.

Cela dit, les choses sérieuses continuent avec le deuxième clip révélé de l’album (rose bonbon), « un disque au ton ironique et désabusé » (France-Info) dont on sait désormais qu’il s’appelle Aimée.

Léonin et tatoué comme jamais, Julien sort son vieux piano dans la cour du château de Tornac (pas loin d’Alès, où il est allé retrouver ses origines) pour chanter Barracuda II, où quelques enfants – et des pingouins – le rejoignent. Tout le monde a quelque chose à dire sur mes cheveux ou le climat, bien que les deux aillent vers le pire, personne ne se battra pour ça. » dit la chanson. Pour les cheveux, c’est possible. Pour le climat, on peut toujours espérer.

Des choses pour ma vie d’homme

Pour son retour aux sources, Julien Doré précise : « Grâce à la musique, j’avais atteint certains rêves que j’avais notés sur un bout de papier. Sur ce même bout de papier, il me restait des choses “pour ma vie d’homme”, comme “changer de vie” ou “avoir deux chiens”. Donc c’est ce que j’ai fait. » (Paris-Match) Et il ajoute, en référence à la planète : «  Ma foi se déplace vers ceux qui font des choses, qui se battent autrement. Et aussi vers ceux qui se révoltent. Quand on se focalise sur le local, comme c’est mon cas depuis deux ans et demi, on reprend aussi foi en l’autre. »

Julien Doré à Tours en 2022
Retour aux sources à Alès pour Julien Doré qui a enregistré le clip de Barracuda II près de chez lui. (Photo DR)

Julien a quitté les habits (dorés ?) de la scène parisienne. «  Chanteur végétarien, dont le discours environnemental n’a pas attendu Greta Thunberg pour s’affirmer, Julien Doré continue heureusement de cultiver sa singularité. » Et, du coup, il prend une belle maturité dont la force passe par l’absence de prétention. Bravo.

Ah ! oui, pourquoi Aimée ? Parce que c’est le nom de sa grand-mère et celui de sa maman, et que ce sont des dames bien. Il avait envie que cela se sache. Il a bien fait. Et il le dit bien.

Samedi 29 janvier 2022, Grand Hall du Parc Expo de Tours à 20 heures.
Réserver en Touraine avec Entrée du Public ICI
…et pour réserver ailleurs en France, c’est LÀ