Gad Elmaleh repart en tournée  :
le monsieur qui revenait D’ailleurs

Dernière mise à jour le 25 septembre 2021

Il a mis du temps à revenir. Cinq ans, précisément. Cinq années pendant lesquelles il a fait du cinéma, enregistré du Nougaro et subit l’intérêt des magazines « people ». Et cinq ans pendant lesquels il a été accusé de plagiat. Revenant sur scène avec D’ailleurs, Gad Elmaleh n’oublie pas. Mais, en (très) bon humoriste qu’il est, il en fait des sketches.

Funambule des mots, on ne s’étonne pas que sa vocation ait été déclenchée par Raymond Devos. Virtuose du geste, on comprend qu’il admire Philippe Caubère. Et l’ensemble, ajouté à un certain talent de chanteur, rend normale sa passion pour Claude Nougaro.

Gad Elmaleh à Tours avec "D'ailleurs" (Photo DR)
Mots ciselés, gestuelle idem, Gad Elmaleh de retour en one-man-show. (Photo DR)

Gad Elmaleh est multiforme. Multi-talents, plutôt. Ce qui l’a conduit, depuis son dernier one-man-show, Sans tambour, à faire un passage sur les scènes de théâtre (« Ma première fiche de paie de comédien, c’était au TNP de Villeurbanne, j’étais figurant pour Roger Planchon… » rappelle-t-il dans Le Parisien), notamment au Théâtre de La Madeleine – c’est Partrick Chesnais qui le remplace aujourd’hui – dans L’Invitation.

Il a aussi sorti son passeport pour une balade aux USA. Il y a donné un spectacle, American Dream, très réussi, quoique sans doute surtout apprécié par la communauté des Français exilés. Mais l’usage de l’anglais lui a permis de s’offrir avec lui une tournée internationale, comme il l’a rappelé lors de son passage à l’émission Quotidien. Spectacle visible aussi sur Netflix, comme l’est une série, plus ou moins inspirée par le show, Huge in France, en tout cas très autobiographique, au succès, disons, mitigé : «  Le gros gadin de Gad Elmaleh«  selon Le Monde.

Pas de regrets pour autant : « Cette série, ça a été une expérience géniale : j’ai vécu une expérience 100 % américaine. L’accueil a été partagé, mais ça, je ne le maîtrise pas… » (Le Parisien)

Il apparaîtra aussi dans une mini-série sur Amazon Prime, Crise en Six Scènes, signée Woody Allen, qui lui avait déjà donné un petit rôle dans Midnight in Paris, film visible dans le même catalogue. La série ne fera pas non plus un carton mais mérite d’être regardée. Woody sera toujours Woody.

Un artiste inspiré

Gad Elmaleh à Tours avec "D'ailleurs" (Photo DR)
Gad dira tout. D’ailleurs, il l’a promis. (Photo DR)

Et Nougaro, donc. Un disque hommage (après celui de Natalie Dessay dont nous parlons ici) qui ne révèle pas un grand chanteur mais tient la route. Bref, pendant ses cinq ans sans tournée, Gad n’a pas chômé. Et l’on ne parle pas de ses amours princières avec apparitions obligées dans les journaux dits « people » (il s’en chargera lui-même, comme on va le voir plus loin).

En prime, il a dû faire face à une accusation de plagiat. Un moment pénible mais qu’il accepte, quitte à admettre qu’il a utilisé quelques – rares, contrairement à ce qui a été prétendu – trucs de ses confrères, et parfois amis, américains, comme l’émission Quotidien l’a démontré : « C’était très violent, excessif et démesuré par rapport à ce qu’il y a de vrai, c’est-à-dire les inspirations que je revendique. Il y avait un fond de hargne, une volonté de nuire… » (Le Parisien)

La vérité, rien que la vérité, je le jure

Toute cette agitation, tous ces événements, on devrait les retrouver dans son prochain spectacle, D’ailleurs, avec lequel Gad Elmaleh repartira en tournée dès que le Covid sera rangée des seringues. Il était temps : « Sans perspective de reprise, je commence à me faner » dit-il. (Le Figaro)

Gad Elmaleh à Tours avec "D'ailleurs" (Photo DR)
Monaco, les USA et les accusations, sans oublier la Covid. Gad Elmaleh, les yeux dans les yeux. (Photo DR)

Un spectacle en forme de confession, parce que Gad Elmaleh a juré de tout dire, honnêtement. On entendra parler de ses plagiats supposés, il nous fera passer de l’autre côté des murailles monégasques, mais, surtout, on retrouvera le Gad Elmaleh des origines, celui qui est capable de faire exister des personnages qui nous ressemblent en ciselant ses textes et en utilisant sa formidable gestuelle bavarde.

On parlera du Covid, aussi, évidemment : « Ne pas parler du Covid serait incompréhensible, c’est comme si je m’étais endormi pendant deux mois. Trop en parler serait anxiogène, je dois jongler pour trouver le juste milieu. (Le Figaro)

Allez savoir pourquoi, la tournée commencera par Monaco. Pour voir Gad Elmaleh à Tours, il faudra attendre un peu. C’est en janvier 2022 qui reviendra… D’ailleurs.

Jeudi 20 janvier 2022 (20 heures) au Palais des congrès Vinci de Tours.
Réserver en Touraine avec Entrée du Public ICI
…et pour réserver ailleurs en France, c’est